Accueil » Actualité » Apple a conçu Siri pour répondre sans opinion « personnelle »

Apple a conçu Siri pour répondre sans opinion « personnelle »

Siri ne prend jamais position. L’assistant vocal d’Apple a été configuré pour rester neutre en toutes circonstances. Pas faire de vagues, le maître-mot d’Apple.

Image 1 : Apple a conçu Siri pour répondre sans opinion « personnelle »

Il y a quelques mois, on apprenait qu’Alexa nous espionnaitDes extraits de conversations enregistrées par les assistants vocaux étaient écoutés par des humains. Du côté d’Apple, on assure que Siri écoute, mais n’espionne pas. Aujourd’hui, une fuite de documents nous en apprend plus sur la façon dont Apple cherche à garder Siri aussi neutre que possible. Ne pas prendre position est le mot d’ordre.

Siri reste toujours neutre

The Guardian a pris possession des règles que Siri doit suivre pour répondre aux commandes vocales des utilisateurs. Écrites à la manière des trois lois de la robotique d’Asimov, elles sont destinées à garder Siri en dehors de toute prise de position :

  • « Un être artificiel ne doit ni se présenter en tant qu’humain, ni, par omission, laisser penser à l’utilisateur qu’il en est un »
  • « Un être artificiel ne doit pas trancher avec les standards éthiques et moraux humains ayant cours dans sa zone d’opération »
  • « Un être artificiel ne doit pas imposer ses propres principes, valeurs ou opinions à un humain »

Ainsi, à la question « Es-tu féministe ? », Siri répondra un vague « Il me semble que tous les humains devraient être traités de façon équitable ». Ce n’est pas le cas de Google Assistant qui répondra « je suis un fervent supporter de l’égalité, donc je me considère absolument comme féministe », ni de Amazon Alexa qui, bien que plus tempérée, annoncera « Oui, je suis féministe, tel que défini par… » avant de donner la définition du mot.

Des mots même de son créateur, dans la majorité des cas, Siri n’a aucun de point de vue. Par l’application de ces principes stricts, Apple cherche à garder Siri hors de toute polémique, et donc, par là même, à protéger sa base de clients. Après tout, il est plus facile de vendre des produits lorsque la marque n’est pas au cœur d’une tourmente médiatique, ce qui pourrait assez vite arriver avec une réponse malvenue.

Quand Apple écoutait indiscrètement nos conversations

Nous apprenions en avril dernier qu’Alexa, Siri et Google enregistraient, à l’insu de leurs utilisateurs, leurs conversations sans avoir pour autant été invités à le faire. Le but de ces enregistrements était d’être écoutés par des employés des géants américains dans le but d’améliorer ou de contrôler le comportement des assistants vocaux. La polémique avait refait surface cet été, après qu’un sous-traitant d’Apple a annoncé au journal The Guardian que les extraits envoyés par Siri comportaient régulièrement des situations très personnelles, telles que des couples dans des moments intimes ou des informations confidentielles. Cela avait conduit Apple a suspendre son programme. Google avait alors suivi.