Accueil » Actualité » Google, Amazon et Microsoft à la Maison Blanche pour parler de cybersécurité

Google, Amazon et Microsoft à la Maison Blanche pour parler de cybersécurité

De nombreux dirigeants de grandes entreprises se sont réunis à la Maison Blanche à l’initiative du président Biden. Le but était de faire un point sur la cybersécurité.

Google, Apple, Amazon, Microsoft, IBM sont des noms connus de tous. Un point commun à toutes ces entreprises est de travailler dans le domaine de l’internet et d’héberger des données parfois sensibles. Si ce constat est valable pour le particulier, il l’est d’autant plus pour les gouvernements.

Image 1 : Google, Amazon et Microsoft à la Maison Blanche pour parler de cybersécurité
Crédit : pixabay

Ces dirigeants ont donc été réunis à la demande de l’actuel président des Etats-Unis, Joe Biden, pour faire un point sur la cybersécurité et discuter sur la façon dont l’état et les entreprises du secteur privé peuvent collaborer afin d’améliorer la sécurité globale.

Trouver des accords, un enjeu primordial

Qu’il s’agisse d’un particulier, d’une entreprise ou d’un organisme d’État, des données sensibles sont régulièrement recherchées par des hackers espérant pouvoir en tirer un profit quelconque. Si parfois l’histoire se termine bien, comme dans le cas du vol de cryptomonnaie dont nous vous parlions un peu plus tôt, d’autres histoires se terminent de manière plus tragique. C’est notamment le cas de cette patiente décédée dans un hôpital allemand à cause d’un ransomware.

Ce qui inquiète le président Biden, c’est que « la plupart de nos infrastructures importantes sont hébergées et maintenues par le secteur privé, et le gouvernement fédéral ne peut pas gérer ce défi seul », déclare-t-il en ouverture de session. C’est pourquoi il a fait appel à ceux qui, selon lui, ont « la puissance, les moyens et la responsabilité » de pouvoir faire évoluer les choses dans le bon sens.

Former et informer, une priorité

Les différentes entreprises ont ensuite annoncé les mesures et les investissements à venir. Une grande partie de ces efforts porte sur la formation de techniciens, mais aussi du public en règle générale. Il existe en effet des failles dans les différents logiciels, comme celle qui aurait pu permettre à un hacker de recharger son compte Steam quasiment gratuitement. Le plus gros problème de la sécurité informatique se situe cependant le plus souvent entre la chaise et le clavier.

Google annonce un plan en 5 ans de 10 milliards de dollars dans le but d’améliorer les dépôts open source, mais aussi pour former 100 000 techniciens et analystes. D’ici 2023, la firme compte également former 10 millions de personnes aux bases (et un peu plus) de la sécurité informatique.

IBM n’est pas en reste puisque son PDG, Arvind Krishna, a annoncé que l’entreprise formerait plus de 150 000 personnes dans les trois ans à venir. Il a également demandé à ce qu’un rapport sur les bonnes pratiques en cybersécurité soit réalisé et publié.

Si ces formations ne concernent, pour le moment, que les Etats-Unis, les initiatives sont lancées et devraient rapidement s’étendre à d’autres zones géographiques puisque le sujet concerne absolument tout le monde.

Covid-19 : les données du vaccin de Pfizer volées par des hackers chinois et russes

Source : cnet