Accueil » Actualité » Google aurait soudoyé des développeurs avec des sommes colossales

Google aurait soudoyé des développeurs avec des sommes colossales

Soucieux de préserver son Play Store de la concurrence, Google aurait versé des sommes mirobolantes à des développeurs de jeux.

Image 1 : Google aurait soudoyé des développeurs avec des sommes colossales
Google Play Store

Tous les moyens sont bons pour conserver l’hégémonie. Selon Reuters, Google voyait d’un très mauvais œil l’essor potentiel de nouveaux magasins d’applications susceptibles de concurrencer son Play Store. À tel point que le géant aurait payé d’énormes sommes d’argent à 24 studios de développement. Une pratique qui rappelle celle de Sony accusé d’avoir payé pour bloquer l’ajout de jeux au Xbox Game Pass.

Activision Blizzard avait informé Google de sa volonté de lancer sa propre plateforme. Pour l’empêcher de s’exécuter, le géant lui aurait payé la coquette somme de 360 millions de dollars sur trois ans. L’information a été révélée lors du procès intenté par Epic Games qui accuse Google d’adopter un comportement anticoncurrentiel dans sa gestion du Play Store (collecte jusqu’à 30 % du prix des apps). Une procédure judiciaire similaire à celle intentée par Epic contre Apple (qui se joue désormais devant la cour d’appel).

Google ne veut pas de stores concurrents

Epic a déclaré que Google savait que le paiement d’Activision permettrait l’abandon du projet de lancer un store d’applications concurrent. On apprend également que Google aurait versé 30 millions de dollars à Riot Games dans la même optique. Epic cherche ici à dénoncer les pratiques jugées anticoncurrentielles du géant du web. De son côté, Google nie ces allégations, affirmant que payer les développeurs est un moyen de maintenir une saine concurrence.

D’après ses prévisions, Google craignait de perdre des milliards si les développeurs de jeux finissaient par fuir le Play Store pour créer des vitrines concurrentes. D’où son empressement de leur graisser la patte. D’autres développeurs de renom auraient notamment signé de tels accords avec Google à l’instar de Nintendo, Ubisoft, Calm ou encore Age of Learning.