Accueil » Actualité » Google Desktop essuie la critique

Google Desktop essuie la critique

Alors que la nouvelle version de Google Desktop Search est disponible depuis peu, voici que le logiciel se fait déjà vertement critiquer par les défenseurs de la vie privée sur Internet.
Pourquoi la vie privée ?
Et bien il semblerait que Google Desktop Search contienne certaines fonctions qui s’avèrent gênantes pour certains, notamment dans le fait qu’il stocke sur ses serveurs un index contenant l’historique de nombreuses recherches et actions effectuées dernièrement…

Google est devenu trop curieux ?

Les ajouts de quelques fonctions dans Google Desktop Search sont loin de faire l’unanimité.
L’une d’entre elles tout particulièrement, permettant d’effectuer une recherche sur un poste distant afin d’y retrouver un fichier particulier.
Cette fonction s’avoue d’ailleurs assez complète et novatrice, puisqu’une recherche sur une machine distante est possible même si l’ordinateur est éteint et déconnecté d’Internet.
Comment le logiciel réussit-il une telle prouesse ?
En se basant tout simplement sur des fichiers stockés sur les serveurs de Google et contenant les résultats d’anciennes recherches ou actions effectuées par l’un ou l’autre des ordinateurs.
Si cette fonction peut effectivement faciliter la vie des personnes ayant pour habitude de travailler sur plusieurs postes (au bureau et à la maison, par exemple), elle inquiète en revanche les défenseurs de la vie privée, qui estiment que ces informations privées n’ont pas leur place sur les serveurs de Google.
Google se veut cependant rassurant, affirmant pour sa défense que les données stockées sur ses serveurs sont détruites après 30 jours et insistant sur le fait que ces données soient chiffrées pour éviter leur fuite.
Une configuration existe d’ailleurs pour empêcher quiconque d’avoir accès à certains fichiers que l’utilisateur aura définis.
Mais cela ne suffit pas à l’EFF (Electronic Frontier Foundation) déconseille d’utiliser cette fonction, insistant sur le danger que représente la présence de ces données sur les serveurs de Google, notamment quand on sait que le gouvernement américain souhaite y avoir accès.

«À moins de configurer GDS avec beaucoup de précautions – et peu de personnes le feront -, Google obtiendra des copies de vos fiches d’impôts, de vos lettres d’amour, de votre activité économique, de vos documents financiers ou médicaux et de tout ce que l’outil pourra indexer au format texte. Le gouvernement américain pourra alors exiger de voir ces données personnelles, sur simple citation judiciaire envoyée à Google, et non plus avec un mandat autorisant la police à venir fouiller chez vous. Et dans de nombreux cas, vous ne pourriez même pas être informé suffisamment tôt pour vous y opposer».

Source : ZDNet