Accueil » Actualité » Google et la RIAA forcent Github à retirer YouTube-DL

Google et la RIAA forcent Github à retirer YouTube-DL

Google tient à préserver la poule aux œufs d’or qu’est YouTube des plateformes qui permettent de télécharger les vidéos. Aujourd’hui, avec l’aide de la RIAA, elle a fait retirer de Github la librairie YouTube-DL.

Image 1 : Google et la RIAA forcent Github à retirer YouTube-DL
YouTube interdit le téléchargement des vidéos et attaque l’open-source
Crédits : Google x Tom’s Guide

YouTube est devenu le numéro un mondial des fournisseurs de vidéo à la demande. Financé par la publicité, avec plus de 15 milliards de dollars de chiffre d’affaire en 2019, Google voit d’un très mauvais œil toutes les solutions qui viennent contourner les solutions mises en place pour empêcher le téléchargement.

Une bibliothèque open-source dans le collimateur de la RIAA

La RIAA ou Recording Industry Association of America est l’organisme américain en charge entre autres de la protection contre le piratage audiovisuel. C’est elle qui fait la chasse aux sites hébergeant des torrents ou permettant de regarder des films en streaming. Aujourd’hui, elle s’est attaquée à une cible différente, la page Github de YouTube-DL. Il s’agit d’une bibliothèque permettant de télécharger des vidéos depuis YouTube.

Bien sûr, télécharger les vidéos YouTube contrevient aux conditions générales d’utilisation de la plateforme qui se finance grâce à la publicité diffusée avant, pendant et après les vidéos, que certains bloquent avec AdBlock Browser sur Android. Mais, c’est parce qu’elle a jugé que YouTube-DL contrevenait à l’article 1201 de la loi américaine sur le copyright que la RIAA a obligé Github à retirer tout code source. Il est en effet interdit de casser les protections mises en place, couramment appellées DRM.

Par le passé, d’autres sites ont été fermés, tels que YouTube-MP3 tandis que d’autres comme 2Conv et FLVto sont actuellement poursuivis. En plus des actions en justices, Google cherche et bloque activement les adresses IP de quiconque serait trop actif sur la plateforme, visant ainsi les bots. Un jeu du chat et de la souris s’est donc initié entre le géant américain et ceux qu’il considère comme de vulgaires pirates.

Source : Techcrunch