Accueil » Actualité » Google ne paiera pas de droits d’auteur pour afficher des extraits d’articles

Google ne paiera pas de droits d’auteur pour afficher des extraits d’articles

La loi dite de « droit voisin » va bientôt imposer aux sites qui affichent des extraits d’un contenu tiers de négocier le versement de droits d’auteur. Google s’y refuse, et invite les ayants droit à lui autoriser l’utilisation de leurs contenus gratuitement.

Image 1 : Google ne paiera pas de droits d’auteur pour afficher des extraits d’articles

Face au mécontentement des médias qui reprochent à Google et aux réseaux sociaux de détourner une partie de leurs revenus publicitaires en publiant des extraits de leurs contenus, une nouvelle directive européenne a vu le jour : la loi dite de « droit voisin ».

Adoptée le 26 mars dernier en France, elle impose aux sites qui affichent des extraits, notamment Google Actualités, de verser un montant à déterminer avec les ayants droit. Les médias à l’origine de la loi sont donc libres de négocier avec Google le droit d’utiliser une partie de leurs contenus. Google annonce aujourd’hui qu’il se pliera à la nouvelle réglementation, mais qu’il n’a pas l’intention de rémunérer les sites pour en exploiter le contenu.

Google réagit en proposant un nouvel affichage

Google est catégorique, Richard Gingras, vice-président chargé des médias, déclare « Nous n’avons pas l’intention de payer une licence pour la reprise d’un extrait d’un contenu ». Il ajoute même que sa société ne paiera pas alors qu’elle est à l’origine d’une grande partie du trafic vers ces sites. Une position que regrette la sphère politique et la presse en général.

La firme de Mountain View va donc modifier sa façon de présenter les contenus tiers en Europe. Plus aucun extrait ne sera présent dans son moteur de recherche ou dans Google Actualités. Conformément à la loi, seuls les titres apparaitront. Google précise néanmoins que la modification n’affectera pas le classement des sites qui se base sur leur contenu.

En parallèle, Google propose aux médias de lui accorder gratuitement le droit d’afficher des extraits de leurs contenus. Dans les jours à venir, les éditeurs pourront définir si un extrait peut être affiché, et si oui, sa longueur.