Accueil » Actualité » Google plagié en Biélorussie

Google plagié en Biélorussie

L’expansion de Google, le populaire moteur de recherche, ferait-elle des envieux dans le monde ?
Toujours est-il que c’est à une nouvelle sorte de phishing que nous avons affaire ici : on ne se contente plus de recréer à l’identique la page d’accueil du site pour lequel on tente de se faire passer, mais on achète également un nom de domaine presque identique, et on reprend tout sans exception.
Ici, il s’agit donc d’un site venant de Biélorussie qui veut se faire passer pour Google, à une exception près : celui-ci affiche tout de suite des publicités, en russe, sur sa page d’accueil, et n’est bien entendu pas détenu par Google…

La Biélorussie et Google ne sont pas copains

Le site Google.by pose quelques problèmes au moteur de recherche américain.
Se faisant passer pour la version biélorusse du moteur de recherche, il tente alors de profiter de la notoriété de Google pour se faire connaître lui-même.
Si aucun danger n’a encore été découvert pouvant menacer la sécurité d’un système sur ce site, il n’en reste pas moins que la méfiance est de mise avec cette page douteuse (bien qu’à moins de comprendre parfaitement la langue, je me demande ce qui pourrait vous motiver à perdre votre temps sur un moteur de recherche biélorusse…).
La première chose qui doit choquer l’internaute averti lorsqu’il se connecte sur cette page est bien entendu la publicité, qui apparaît dès la page d’accueil et qui, sur la véritable version du moteur de recherche, ne se montre qu’après avoir tapé une recherche, sur la page d’affichage des résultats.
D’autant que les liens contenus dans ces publicités, n’étant plus gérés par Google, ne bénéficient plus de la même sécurité et présentent alors des risques de mettre votre système en danger.
Pour la petite histoire, la véritable version biélorusse de Google se trouve à l’adresse http://www.google.com/intl/be/ et ne contient pas de liens douteux.
Chez Google, on affirme que “Ce site n’est en aucun cas contrôlé ou géré par Google. Nous avons connaissance de son existence, et nos avocats mènent l’enquête.’’

Source : Generation NT