Accueil » Actualité » Google s’investit à fond dans Linux

Google s’investit à fond dans Linux

Image 1 : Google s'investit à fond dans Linux

Google ne serait sans doute pas le géant technologique qu’il est aujourd’hui sans Linux et les technologies open source. Alors que la compagnie adhérait à la fondation à travers un parrainage « Silver » (qui coûte 100 000 $ par an), elle s’est enfin décidée à souscrire au niveau « Platinum » (500 000 $ par an), qui lui permet désormais d’avoir son mot à dire dans le développement de Linux et des projets open source de manière générale.

La Linux Foundation est une organisation à but non lucratif créée en 2000 qui promeut non seulement l’utilisation et l’amélioration de Linux, mais aussi tout projet de logiciel en open source. Le noyau du système d’exploitation créé par Linus Torvalds a été crucial dans le développement de Google. L’arrivée tardive de la compagnie dans le conseil d’administration de la fondation est quelque peu étonnante lorsque l’on sait que les systèmes d’exploitation les plus importants du géant de la recherche en ligne, Android et Chrome OS, sont basés soit directement sur Linux, soit sur une de ses variations. D’autres grands noms de la technologie tels que Microsoft, Intel, ou encore Samsung, sont des parrains « Platinum » de longue date, et l’arrivée de Google dans ce cercle restreint (14 membres désormais) n’en paraît que plus tardive. Cette décision serait apparemment motivée par le rachat de Github par Microsoft.

Sarah Novotny, qui représentera Google au Conseil d’administration de la Linux Foundation déclare à propos de ce changement de statut : « l’open source est une part essentielle de la culture de Google, et nous reconnaissons depuis longtemps le potentiel de progression rapide, de résilience et de flexibilité qu’offrent les écosystèmes ouverts […] En travaillant de concert avec la Linux Foundation, nous pourrons mieux nous impliquer avec la communauté dans son ensemble et continuerons de créer un écosystème plus inclusif qui bénéficiera à tout un chacun ».

>> À lire : La ville de Barcelone adopte Linux et l’open source
>> Plus : 
12 projets abandonnés qu’on aurait aimé avoir