Accueil » Actualité » Google traîné en justice pour 29 000 faux témoignages à la radio sur ses smartphones

Google traîné en justice pour 29 000 faux témoignages à la radio sur ses smartphones

Google est poursuivie en justice pour avoir diffusé près de 29 000 faux témoignages d’utilisateurs à la radio qui vantaient les avantages des smartphones Pixel. La firme de Mountain View et iHeartMedia doivent s’acquitter de près de 10 millions de dollars de pénalités, avec l’obligation de ne plus faire de telles pratiques.

Image 1 : Google traîné en justice pour 29 000 faux témoignages à la radio sur ses smartphones
Pixel 4a © Tom’s Guide FR

Google (et iHeartMedia, un groupe de médias américain) font face à une action en justice pour publicités trompeuses sur les Pixel 4. Les entreprises sont poursuivies par la Federal Trade Commission (FTC) et sept États américains pour avoir diffusé près de 29 000 faux témoignages mettant en vedette des personnalités de la radio faisant la promotion de leur utilisation des smartphones Pixel 4 entre 2019 et 2020.

De faux témoignages pour mettre les smartphones Pixel en avant

Selon le communiqué publié par la FTC, Google a embauché des influenceurs pour promouvoir ses smartphones avec des lignes scénarisées telles que « c’est mon photophone préféré, surtout en basse lumière, grâce au mode Night Sight », « je prends des photos de qualité studio », ou « c’est aussi très utile pour m’aider à faire des choses, grâce au nouvel assistant Google à commande vocale qui peut gérer plusieurs tâches à la fois ». Le problème, c’est que ces influenceurs embauchés n’ont jamais utilisé les téléphones avant l’enregistrement et la diffusion des publicités.

Google aurait ainsi payé plus de 2,6 millions de dollars à iHeartRadio et 2 millions de dollars en relation avec onze réseaux de radio plus petits. « Les gens accordent plus d’importance aux expériences […]. Les consommateurs s’attendent à ce que les publicités radiophoniques soient véridiques et transparentes sur les produits, et non trompeuses avec de fausses mentions », a déclaré la procureure générale du Massachusetts, Maura Healey.

À lire : Google est accusé de pister les utilisateurs même lorsqu’ils sont en navigation privée

L’ordonnance proposée par la FTC et les jugements des États réglant les allégations interdisent à Google et à iHeartMedia de diffuser des publicités trompeuses similaires à l’avenir. Ils obligent également les entreprises à payer 9,4 millions de dollars de pénalités.

Vous pouvez d’ailleurs écouter six de ces enregistrements sur le site Web de la FTC ici. Elles ressemblent effectivement comme deux gouttes d’eau à de simples publicités.