Accueil » Actualité » Google travaille sur un chatbot qui peut parler de tout et n’importe quoi

Google travaille sur un chatbot qui peut parler de tout et n’importe quoi

Les chatbots sont présents dans la vie quotidienne. Ces robots logiciels permettent de fournir de l’assistance à un individu ou à un consommateur via des conversations automatisées. Google souhaite cependant dépasser cette limitation en rendant les chatbots plus « humains ».

Image 1 : Google travaille sur un chatbot qui peut parler de tout et n’importe quoi

Les chercheurs de la Google Brain Team (GBT) travaillent sur le deep learning afin de créer une intelligence artificielle très poussée. L’équipe de Google a présenté un nouveau chatbot appelé « Meena ». Celui-ci est capable de mener une conversation innée et naturelle. Il corrige le point faible des autres chatbots : la conversation automatisée et limitée. D’après les chercheurs, ceux-ci « disent parfois des choses qui ne correspondent pas à ce qui a été dit jusqu’à présent. Ou ils manquent de bon sens et de connaissances de base sur le monde. De plus, les chatbots donnent souvent des réponses qui ne sont pas spécifiques au contexte actuel ».

Google Traduction gérera bientôt la traduction de contenus audios

De quelle manière Meena se démarque des autres chatbots ?

Meena se concentre autour de la compréhension du contexte de la conversation afin de fournir une réponse adéquate. Son but est de pouvoir discuter à la manière d’un humain, du moins le plus possible. Meena est capable de très bien s’adapter à son interlocuteur. En effet, le robot peut aussi bien faire des blagues que de recommander des séries TV en fonction des goûts de l’interlocuteur. Pour ce faire, le chatbot a été entraîné avec 341 Go de texte provenant des conversations du domaine public des réseaux sociaux. Ça représente déjà plus de 8,5 fois le contenu utilisé pour les chatbots classiques.

Google : Sundar Pichai invite les gouvernements à réguler l’intelligence artificielle

Google a créé une nouvelle référence de qualité pour les chatbots, la SSA (Sensibleness and Specificity Average). La SSA analyse la conversation en profondeur. Ensuite, des évaluateurs humains jugent la qualité des réponses du chatbot. Comme vous pouvez le voir sur le graphique, Meena surpasse tous les autres chatbots et offre une qualité de conversation similaire à celle menée avec un humain.

Image 2 : Google travaille sur un chatbot qui peut parler de tout et n’importe quoi

Enfin, Google souhaiterait aussi ajouter à Meena une personnalité, la capacité de vérifier les faits, la notion de sécurité ainsi que celle des préjugés. Ce pourrait bientôt être plus agréable de débattre avec un robot qu’avec certains humains dénués de connaissances ou ayant beaucoup (trop) de préjugés.

Aux Etats-Unis, Google va faire payer les administrations qui veulent obtenir les données personnelles

Source : 9to5Google