Accueil » Actualité » Google vise une empreinte carbone nulle pour 2020

Google vise une empreinte carbone nulle pour 2020

Image 1 : Google vise une empreinte carbone nulle pour 2020

Google désire maximiser l’utilisation de matériaux recyclés dans ses produits. Le géant de Mountain View affirme sur son blog que la vingtaine de gadgets et accessoires fabriqués par la compagnie et vendus sur leur site incluront tous des matériaux recyclés.

Objectif : empreinte carbone zéro à l’horizon 2020

Google fabrique des smartphones et divers gadgets depuis un peu plus de trois ans. Comme le déclare Anna Meegan, directrice de la durabilité de la division hardware de la compagnie, « fabriquer et livrer ces appareils aux clients consomme énormément de ressources, et se débarrasser de nos vieux composants électroniques engendre une quantité notable de déchets ».

La firme prend donc trois engagements. Elle promet tout d’abord d’obtenir une empreinte carbone nulle dès 2020 pour toutes ses livraisons. Ensuite, à partir de 2022, l’intégralité des produits siglés Google contiendra autant de matériaux recyclés que possible.

Le troisième engagement de la compagnie est plus social. Comme l’affirme Madame Meegan : « nous créerons une technologie qui place les gens au centre de nos préoccupations. Elle améliorera l’accès aux bénéfices qu’elle propose ». La compagnie a déjà commencé à remplir cette promesse, puisqu’il y a quelques semaines, elle a distribué 100 000 Google Home Mini à des personnes vivant avec un handicap.

Des déclarations un peu vagues, malgré tout

Les entreprises souhaitant respecter l’environnement sont toujours plus nombreuses, et c’est une bonne chose. Mais en dehors de l’engagement à tendre vers une empreinte carbone zéro, les déclarations de Google restent vagues et difficiles à mesurer. Comment en effet mesurer l’impact social ou même le pourcentage de matériaux recyclables inclus dans leurs produits ?

Les géants de la technologie sont toujours plus conscients du problème. Que ce soit en rendant leurs centres de données plus efficaces au niveau énergétique ou en utilisant plus de matériaux écologiques, les Amazon, Samsung et autres Apple tentent de réduire leur impact sur l’environnement. Il ne reste désormais plus qu’à pouvoir calculer leur impact réel afin de pouvoir déterminer si ces efforts sont payants ou s’il ne s’agit que d’opérations « d’écoblanchiment » visant à soigner leur image.