Accueil » Actualité » Le gouvernement américain accuse les fabricants de drones chinois d’espionnage

Le gouvernement américain accuse les fabricants de drones chinois d’espionnage

Après Huawei, c’est au tour des fabricants de drones chinois d’être la cible du gouvernement américain. DJI, prochaine victime de l’administration Trump ?

Image 1 : Le gouvernement américain accuse les fabricants de drones chinois d'espionnage

Les entreprises de technologie chinoises sont plus que jamais dans la ligne de mire du gouvernement Trump. Après avoir voté la semaine dernière un décret visant à bannir les sociétés de télécommunications chinoises et en particulier Huawei, le gouvernement américain vient de publier un nouvel avertissement ciblant cette fois-ci les fabricants de drones. Il se dit « préoccupé par un produit technologique qui place les données américaines sur le territoire d’un État autoritaire qui permet à ses services de renseignement d’accéder en toute liberté à ces données ».

Les États-Unis recommandent donc à toutes les agences gouvernementales et de forces de l’ordre de ne pas utiliser de drones fabriqués par des entreprises chinoises. Ils suspectent en effet ces fabricants de voler des données de vols à des fins d’espionnage et d’infiltrer les réseaux avec des logiciels malveillants. L’avertissement toucherait donc le leader du marché mondial des drones DJI qui affirme de son côté que les appareils utilisés par les agences gouvernementales « ne transmettent pas de données à DJI ou par Internet ». La société a également précisé : « La sécurité de notre technologie a été examinée de manière indépendante par le gouvernement américain et de grandes entreprises américaines. ».

Les consommateurs sont eux aussi mis en garde par le gouvernement américain qui conseille de limiter l’accès des appareils au réseau pour éviter « le vol d’information ». En Amérique du Nord, environ 80% des drones vendus chaque année sont de marque DJI.

>>> Google bannit Huawei du Play Store