Accueil » Actualité » Le gouvernement américain serait prêt à accorder un nouveau sursis de 90 jours à Huawei

Le gouvernement américain serait prêt à accorder un nouveau sursis de 90 jours à Huawei

Le gouvernement Trump aurait décidé de prolonger la licence temporaire autorisant Huawei à se fournir en équipements auprès de fabricants américains. Ce sursis a été accordé dans l’attente d’un accord clair entre les deux pays.

Image 1 : Le gouvernement américain serait prêt à accorder un nouveau sursis de 90 jours à Huawei

Aujourd’hui 19 août, la licence qui autorisait Huawei à prolonger temporairement ses relations avec les entreprises américaines devait prendre fin. Selon des informations révélées par Reuters, l’administration Trump serait sur le point de donner un sursis supplémentaire de 90 jours au constructeur chinois. Ce sursis n’est pas vraiment une surprise. Huawei avait déjà indiqué la semaine dernière par voie de communiqué pour annoncer qu’il ne se passerait rien à cette date.

La licence provisoire prolongée de 90 jours

L’interdiction imposée à Huawei par le gouvernement américain au mois de mai dernier est loin d’avoir fait l’unanimité sur le marché de la technologie américaine.  Les fournisseurs tels qu’Intel ou Qualcomm comptent Huawei parmi leurs meilleurs clients. Face à la pression, le gouvernement états-unien avait levé partiellement l’interdiction pour permettre aux entreprises américaines de vendre du matériel à Huawei à la condition stricte de s’assurer que ces pièces n’aient aucun impact sur la sécurité nationale.

Les deux gouvernements n’ayant toujours pas trouvé d’accord, le prolongement de la licence ne serait donc pas surprenant. Ces révélations récentes restent cependant à confirmer. Aucune annonce officielle du gouvernement américain n’a été publiée. Huawei n’a fait aucun commentaire non plus.

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping auraient prévu de discuter du problème ensemble ce week-end. Selon les dernières déclarations de Trump, le sort de Huawei semble cependant déjà bien scellé : « Pour le moment, il semblerait bien que nous ne ferons pas du tout affaire », a-t-il déclaré. Il a également ajouté qu’exclure certaines parties des activités de Huawei serait « très compliqué ».