Accueil » Actualité » Un hacker anglais de 24 ans a piraté les serveurs de Microsoft et Nintendo

Un hacker anglais de 24 ans a piraté les serveurs de Microsoft et Nintendo

Image 1 : Un hacker anglais de 24 ans a piraté les serveurs de Microsoft et Nintendo

Après avoir subi une descente d’Europol et du FBI à son domicile, Zammis Clark, un chercheur en sécurité anglais de 24 ans anciennement employé chez Malwarebytes, a admis avoir piraté les serveurs de Nintendo et de Microsoft afin de subtiliser des informations confidentielles.

En plaidant coupable, il échappe à une peine qui pouvait aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement, le juge ayant été sensible au fait que l’accusé est autiste et que la prison lui serait invivable.

>>> Virus, trojan, spyware, adware… : Que faire lorsqu’on est infecté ?

Le hacker s’est introduit pour la première fois sur les serveurs de Microsoft en janvier 2017. Il a utilisé des VPN, entre autres logiciels, pour accéder aux serveurs et se procurer le code de nombreux jeux en développement, mais aussi les identifiants et mots de passe de 2365 utilisateurs. Nintendo estime que les dommages occasionnés s’évaluent entre 813 000 et 1,6 millions €. Microsoft affirme que le hacker a volé 43 000 fichiers, dont des versions bêta de Windows.

Plus grave encore, Mr Clark a partagé son accès aux serveurs de Microsoft sur une chatroom en IRC, ce qui a permis à d’autres individus de voler, eux-aussi, des informations confidentielles. Selon la justice anglaise, les pirates ayant profité des largesses de Mr Clark proviennent d’Allemagne, des Émirats arabes unis ou même de France. Le plus surprenant dans toute cette histoire est que Zammis Clark avait déjà été arrêté pour son intrusion dans les serveurs de Microsoft. Il avait été relâché sans autre forme de restriction, ce qui l’a sans doute poussé à s’attaquer aux serveurs du géant japonais du jeu vidéo.