Accueil » Test » HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

Image 2 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10
7/10

HP Envy x2

1299€ > HP
On aime
  • l’autonomie impressionnante de la batterie
  • la 4G intégrée
  • le clavier confortable
  • l’écran
  • ne chauffe pas
On n’aime pas
  • les performances médiocres
  • incompatible avec certaines applications Windows
Verdict :

Dotée d’une autonomie impressionnante et d’une connexion 4G intégrée pour se connecter à tout moment à Internet, le HP Envy x2 est un ordinateur portable particulièrement intéressant pour une utilisation nomade. Son écran est également qui est à la fois lumineux et coloré, est aussi agréable tout comme le confortable clavier. Toutefois les performances de cette machine basée sur la plateforme ARM ne sont pas à la hauteur du prix demandé. La différence avec les 2-en-1 et les ultra-portables équipés d’un processeur Intel est flagrante. Les utilisateurs qui se contentent du navigateur Edge et qui n’utilisent que les applications du store de de Microsoft ne seront pas gênés.

plus

Si la plupart des ordinateurs portables grand public sont simplement équipés d’une connexion Wi-Fi, le nouvel HP Envy x2 pourrait bien changer la donne avec sa connexion 4G en standard et surtout… Un processeur Qualcomm Snapdragon 835 ! Oui, cet ordinateur est bel et bien équipé du même CPU qui alimente habituellement les smartphones. L’objectif de ce PC est double : offrir une connexion à Internet permanente et une batterie qui bénéficie d’une autonomie bien meilleure que celle des portables équipés de processeurs Intel. Qui plus est, il s’agit d’un 2-en-1 avec un écran détachable. De quoi l’utiliser vraiment partout.

Mais cette autonomie de folie – plus de 15 heures ! – a une contrepartie : l’ordinateur est lent et son processeur ARM a du mal à faire tourner certaines applications Windows. Reste que le clavier se révèle confortable et que l’écran est de très bonne facture. Le HP Envy x2 offre donc tout le nécessaire aux utilisateurs qui n’ont pas des exigences trop importantes.Image 3 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

Quatre raisons de craquer (ou pas) pour le HP Envy x2 (Qualcomm)

1 – Oui, pour le design

Livré avec une cover/clavier en polyuréthane, l’Envy x2 ne dépareillerait pas en classe affaire. La tablette en elle-même est usinée en aluminium qui semble robuste, tandis que l’écran est protégé par du verre Gorilla Glass.

Clavier attaché, l’Envy x2 pèse 1,22 kg et affiche une épaisseur de 15,24 mm, ce qui est similaire au Lenovo Miix 720 (1,17 kg et 15,24 mm), plus léger que l’Asus NovaGo TP370QL (1,4 kg et 15,24 mm), mais plus lourd que la Surface Pro de Microsoft (1,09 kg, 12,7 mm avec la Type Cover) et que l’iPad Pro de 12,9 pouces (1,04 kg et 15,24 mm avec le Smart Keyboard).Image 4 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

La charnière de la cover permet de varier l’angle de l’écran dans différentes positions afin de pouvoir l’utiliser debout ou assis. En mode PC portable standard, l’Envy x2 est assez facile à utiliser en ouvrant la cover du côté du clavier et en pliant la partie supérieure qui fait ainsi office de support d’écran. Les angles d’inclinaison sont variés tout comme sur le Miix 720 et la Surface Pro, et bien plus que ce que propose l’iPad Pro.

Néanmoins, il n’est pas évident d’utiliser l’Envy x2 sur les genoux, car la charnière manque de stabilité. Un défaut que partagent la Surface Pro et le Miix 720, contrairement à l’iPad Pro qui semble mieux équilibré avec un poids réparti sur toute la surface du clavier.

Le port USB Type-C qui assure l’alimentation de l’Envy x2 se trouve sur le côté gauche, sous le lecteur de carte SD. Le berceau de la carte Nano SIM se trouve sur le côté droit, à côté de ses boutons de volume et de la prise casque. Le bord supérieur accueille le bouton de mise en route.Image 5 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

Un connecteur est intégré sur le bord inférieur qui permet de relier le clavier folio à la tablette, tandis qu’une boucle en tissu bien pratique accueille le stylet HP Digital Pen, afin de ne pas le perdre.

Ne disposer que d’un seul port USB peut sembler bien peu, mais cela n’a rien d’exceptionnel. Certes, le Miix 720 dispose à la fois d’un port Thunderbolt 3 pour la charge, et d’un port USB 2.0 et USB 3.0. Mais l’iPad Pro se limite à un unique port Lightning, tandis que la Surface Pro se contente d’un port USB 3.0 et d’un mini DisplayPort.  Quant à l’Asus NovaGo TP370QL est, il s’agit d’un ordinateur portable plus classique avec un port USB 3.0 et une sortie HDMI.

2 – Oui, pour la 4G intégrée

Pour qui a déjà tenté de se connecter en vain dans un café, dans un hôtel ou encore dans un salon, le Wi-Fi n’est pas toujours la solution la plus adaptée. Non seulement les réseaux non sécurisés laissent la porte ouverte aux attaques et nécessitent l’utilisation d’un VPN, mais ils sont souvent surchargés et pratiquement inutilisables.

Le fait d’intégrer directement une connexion 4G dans un ordinateur portable se révèle très séduisant. Et en la matière, l’utilisation du modem LTE/4G de l’Envy x2 est très simple. En effet, il suffit de l’activer à partir du même menu que le Wi-Fi, directement dans la barre des tâches. Toutefois, pensez à vérifier si les services de votre opérateur sont compatibles, et à obtenir une Nano-SIM. Si c’est le cas il ne vous reste plus qu’à cocher la case qui permet à Windows de gérer votre connexion, et celle-ci s’activera et s’éteindra automatiquement.

Lors de notre test, le modem 4G n’a pas posé de problème, la plupart du temps. Les applications (comme Outlook) demandent la permission d’utiliser la bande passante mobile lorsqu’elles démarrent, et tout fonctionne correctement, y compris le rapatriement de nouveaux emails après avoir mis le système en veille. Nous avons testé la connexion avec speedtest.net sur le réseau de l’opérateur américain Verizon. Nous avons obtenu un taux de téléchargement moyen de 41,3 Mb/s, et un taux d’envoi moyen de 9,3 Mb/s. Des résultats vraiment très corrects, en somme.Image 6 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

3 – Non, pour les performances

L’Envy x2 est livré avec le mode « allégé » de Windows 10, connu sous le nom de Windows 10 S. Il s’agit d’un système 32 bits uniquement et qui ne prend en charge que les applications du Windows Store, ce qui signifie que vous ne pourrez pas lancer le navigateur Chrome ou d’autres applications populaires qui ne sont pas disponibles la boutique en ligne de Microsoft. Sachant qu’aucun des outils de référence que nous utilisons pour nos tests ne peut s’exécuter en mode S, nous avons procédé à la mise à niveau du x2 vers Windows 10 Pro. Un processus qui est gratuit et qui ne prend que 60 secondes environ.

Après la mise à jour, nous n’avons eu aucun problème pour installer la plupart des logiciels que nous utilisons habituellement comme WhatsApp Desktop et Slack. En revanche 1Password a refusé de fonctionner correctement, tandis que Chrome s’est montré particulièrement lent.Image 7 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

C’est d’ailleurs la principale faiblesse du HP Envy x2 dont les performances sont à la traîne avec son processeur Qualcomm 835 et ses 4 Go de RAM. Surtout en utilisant des applications autres que celles du Store de Microsoft. Lorsque nous avons essayé d’ouvrir Chrome à partir du bureau, nous avons accidentellement ouvert deux fenêtres. En effet la première prenait tellement de temps à charger que nous avons tapoté l’écran une seconde fois.

En moyenne, il faut neuf secondes à Chrome pour se charger, ce qui semble durer une éternité. L’application Netflix est un peu plus rapide (6 secondes) tandis qu’il faut 14 secondes à Outlook pour démarrer. Interminable. S’il faut encore attendre 25 secondes pour démarrer l’Envy x2, la sortie de veille est pratiquement instantanée. La Surface Pro (processeur Intel Core i7 7660U avec 16 Go de RAM) démarre en 11 secondes, ouvre Chrome en 2 secondes, Outlook en 6 secondes et Netflix en 3 secondes.

Une fois Chrome ouvert, nous avons pu afficher une vidéo YouTube en Full HD 1080p et cinq onglets, dont Google Docs, Giphy et Slack. Passer d’un onglet à l’autre n’est pas instantané, chose à laquelle on ne s’attendait pas dans cette gamme de prix.

Pincer l’écran pour zoomer ou agrandir les fenêtres fonctionne bien, mais les animations sont un peu plus fluides avec Edge qu’avec Chrome, la faute au lag de ce dernier. La plupart du temps, Edge fonctionne beaucoup mieux que Chrome, probablement parce que le navigateur de Microsoft est une application Windows Store.Image 8 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

L’Envy x2 a obtenu le faible score de 2 989 avec GeekBench 4, soit très en dessous de la moyenne de 9 582 pour les notebooks premium. À titre de comparaison l’iPad Pro a obtenu le score de 9 414 avec la puce A10X Fusion et 4GB de RAM, tandis que le Lenovo Miix 720 (processeur Intel Core i7-7500U, 8GB de RAM) a obtenu 8 434. De son côté la Surface Pro a obtenu le score de 8 652 et l’Asus NovaGo TP370 (Qualcomm Snapdragon 835, 8GB de RAM) 2 954.

L’Envy x2 a exécuté notre test Excel VLOOOKUP en 2 minutes et 43 secondes, soit presque une minute de plus que la moyenne de 1 minute 44 des ordinateurs portables de la catégorie. Cela reste néanmoins plus rapide que les 4:08 du NovaGo TP370QL.

Le disque dur UFS de 128 Go de l’Envy x2 a copié l’équivalent d’un DVD en 47 secondes, avec une vitesse de 108 Mb/s. C’est plus lent que la moyenne de cette catégorie d’appareil, qui se situe aux alentours des 270 Mb/s, mais aussi que les 145 Mb/s du NovaGo TP370QL (UFS de 128 Go). C’est également moins bien que le Miix 720 (204 Mb/s avec un SSD de 256 Go en PCIe) et les 339 Mb/s de la Surface Pro (SSD de 512Go).Image 9 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10

4 – Oui, pour l’autonomie de la batterie

L’impressionnante autonomie de la batterie est l’un des points forts de la version Qualcomm du HP Envy x2. Lors de notre test, qui consiste à surfer sur Internet en Wi-FI avec la luminosité réglée à 150 nits, il a tenu 14 heures et 22 minutes avant de devoir être rechargé.

Plus impressionnant encore, il a fonctionné pendant 15h05 en surfant en 4G sur le réseau de Verizon. L’Envy x2 fait donc encore mieux que les 12h57 de l’Asus NovaGo TP370QL, lui aussi équipé d’un Snapdragon 835 de Qualcomm. Il s’illustre également face à la moyenne des ordinateurs portables premium qui s’établit à 8h46, sans parler des 5h40 du Miix 720. L’iPad Pro a fonctionné pendant 12h09 lors de la précédente version de ce test.

En conclusion, si vous pouvez vous passer de l’écran détachable, il est possible de bénéficier d’un appareil à la connectivité similaire pour moins cher, comme avec le NovaGo TP370QL d’Asus qui est également équipé d’une puce Snapdragon. Pour ceux qui préfèrent une machine rapide et dotée de la 4G, c’est du côté de la Surface Pro qu’il vous regarder, un modèle bien plus performant, mais dont la batterie affiche une autonomie plus limitée. Notez que HP propose aussi une version de l’Envy x2 équipée d’un processeur Intel qui sera disponible par la suite. Dans l’ensemble, l’Envy x2 est un ordinateur portable vraiment autonome, mais Qualcomm doit encore résoudre quelques problèmes.Image 10 : HP Envy x2 : on a testé le premier portable ARM sous Windows 10