Accueil » Actualité » Huawei aurait aidé certains gouvernements africains à espionner leurs opposants

Huawei aurait aidé certains gouvernements africains à espionner leurs opposants

Image 1 : Huawei aurait aidé certains gouvernements africains à espionner leurs opposants

Est-ce de l’acharnement, de la propagande anti-Huawei ou simplement la vérité ? Impossible de le dire à l’heure actuelle, toujours est-il que selon un article publié dans par le Wall Street Journal, « des employés de Huawei auraient aidé des membres des gouvernements ougandais et zambiens à espionner leurs opposants politiques ».

Un espionnage assumé par les pouvoirs en place…

Cette accusation d’atteinte au processus démocratique en Afrique ne risque pas d’améliorer l’image de la firme. Le géant des télécoms est déjà soupçonné d’être trop proche des autorités de Pékin. Certains, à la Maison-Blanche surtout, n’hésitent pas à affirmer que l’entreprise est pilotée à distance par le gouvernement chinois.

L’article précise bien qu’il ne semble pas y avoir de lien direct entre Pékin et les dirigeants de Huawei. Il affirme tout de même que des techniciens de la compagnie ont bel et bien intercepté des conversations sur WhatsApp et Skype à travers des communications cellulaires.

Un représentant du Front patriotique, le parti au pouvoir en Zambie, ne se cache pourtant pas d’avoir espionné des journalistes et des opposants. Il affirme : « lorsque nous voulons traquer les perpétrateurs de fake news, nous demandons à notre autorité des télécoms de le faire. Ils travaillent avec Huawei pour assurer que les gens n’utilisent pas nos moyens de communication pour propager des infox ».

Mais pas par Huawei, qui nie tout hacking

À l’inverse, la compagnie nie toute activité d’espionnage et déclare : « Huawei rejette complètement ces allégations infondées et incorrectes contre notre entreprise. Notre enquête en interne démontre clairement que Huawei et ses employés n’ont pas été impliqués dans les activités dont ils sont accusés. Nous n’avons ni les contrats ni la capacité de le faire ».

La réputation de Huawei est très fortement ternie dans de nombreux pays occidentaux, aux États-Unis tout particulièrement. Si les allégations du journal sont avérées, il ne restera guère plus à Huawei que le marché intérieur chinois pour commercer en toute tranquillité.