Accueil » Actualité » Huawei continue de travailler avec ARM malgré le ban américain

Huawei continue de travailler avec ARM malgré le ban américain

Cela fait plusieurs mois maintenant que le gouvernement des Etats-Unis mène une véritable guerre commerciale à l’encontre de Huawei. Mais même si le constructeur chinois reste sur la liste noire des USA, il continue à travailler avec certains géants du secteur comme ARM.

Les représentants d’ARM, d’ARM China et de HiSilicon, la branche « microprocesseurs » de Huawei, se sont rencontrés il y a quelques jours à Shenzen, en Chine. Une photo de poignées de mains a été publiée afin de montrer que la collaboration entre ces différentes entreprises était toujours d’actualité.

Image 1 : Huawei continue de travailler avec ARM malgré le ban américain

On aurait pu croire que Huawei et ARM ne pourraient plus travailler ensemble avec les restrictions américaines mises en place en mai dernier. Le géant britannique, détenu par le japonais SoftBank plutôt favorable aux Etats-Unis et hostile à la Chine, avait alors supposément reçu des instructions pour stopper toute relation avec Huawei. Cela aurait signifié pour le géant chinois l’arrêt du développement de processeurs sous licence ARM.

La collaboration entre ARM et Huawei pas remise en cause

Mais cette photo tend à prouver que la collaboration entre ces grandes entreprises n’a jamais cessé, d’autant que HISilicon est un énorme client pour ARM. Mieux, un nouveau SoC sur architecture ARM, le Kirin 1000, serait en préparation chez HiSilicon. Bien qu’il ne s’agisse à l’heure actuelle que de rumeurs, ce SoC attendu pour la seconde moitié de l’année prochaine utiliserait des coeurs ARM Cortex-A77 et serait gravé en 5 nm par TSMC. Il prendrait place dans le prochain smartphone Huawei Mate 40.

Mate 30 Pro : le superbe smartphone sans Google que Huawei ne sort pas en France

Pour autant, la position des Etats-Unis vis à vis du géant chinois des télécommunications reste assez floue. Les constructeurs américains expliquent que les téléphones et autres objets connectés fabriqués par Huawei ne constituent pas un gros risque pour la sécurité nationale. Avec cet argument, seules les infrastructures 5G seraient véritablement concernées par les restrictions en place. Reste donc à savoir comment l’administration Trump va réagir à l’annonce de la poursuite de la collaboration entre ARM et Huawei.

https://m.eet.com/media/1313815/Arm_HiSilicon_ArmChina-min.jpg