Accueil » Actualité » Huawei : ses équipements 5G présentent une lourde faille de sécurité

Huawei : ses équipements 5G présentent une lourde faille de sécurité

Après de longues années de suspicion quant à la possibilité pour Huawei et donc pour le gouvernement chinois d’accéder aux données circulant via ses équipements 5G, les États-Unis annoncent en avoir maintenant la preuve.

Image 1 : Huawei : ses équipements 5G présentent une lourde faille de sécurité

D’après les services de renseignement américains, le constructeur chinois Huawei aurait utilisé des portes dérobées, ces fameux backdoors, mises en place sur ses équipements réseau 4G depuis une dizaine d’années. Huawei nie en bloc.

Huawei aurait utilisé des backdoors depuis 2009

Depuis 2009, Huawei aurait utilisé les accès mis en place pour les forces de l’ordre au sein des équipements 4G vendus à travers le monde afin de collecter des données personnelles sensibles. C’est en tout cas ce qu’a déclaré Robert O’Brien, conseiller à la sécurité nationale américaine. Évidemment, le constructeur chinois rejette ces accusations sans pour l’instant communiquer davantage.

Les liens étroits qui unissent Huawei au gouvernement communiste chinois avaient conduit l’administration américaine à mettre le constructeur sur liste noire en mai dernier, l’interdisant de faire commerce avec des entreprises américaines. Cela se traduit pour le grand public par l’absence des services Google des derniers smartphones de la marque chinoise, obligeant celui-ci à pousser ses propres solutions. D’autres constructeurs avaient suivi les recommandations américaines.

Les États-Unis avaient averti les pays européens dès la fin de l’année dernière. Pourtant le Royaume-Uni et l’Allemagne ont tout de même autorisé l’utilisation d’équipements Huawei pour la mise en place du réseau 5G. Toutefois, un certain nombre de restrictions ont été imposées, comme une limite de ces équipements à 35 % du total ou l’interdiction de leur utilisation dans certaines zones géographiques stratégiques. Malgré la pression de Pékin, la France maintient son interdiction. Son inscription sur liste noire n’a pas empêché le constructeur chinois de réaliser un chiffre d’affaires record sur l’année écoulée.

Source : CNET