Accueil » Actualité » Huawei : une usine de puces à Shanghai pour contourner les sanctions américaines ?

Huawei : une usine de puces à Shanghai pour contourner les sanctions américaines ?

Huawei pourrait avoir un moyen d’éviter certaines des pires conséquences du durcissement des restrictions commerciales américaines, à condition d’être patient.

En effet, des sources du Financial Times affirment que Huawei envisage de construire une usine de fabrication de puces à Shanghai, qui fabriquerait des pièces pour son activité principale d’infrastructure de télécommunications.

Huawei - Dmitry Rodionov / Unsplash
Huawei – Crédit : Dmitry Rodionov / Unsplash

Selon le Financial Times, l’usine serait gérée au nom de Huawei par une entreprise de R&D basée à Shanghai (ICRD) et serait soutenue par le gouvernement local. En ce qui concerne son fonctionnement, elle n’utiliserait aucune technologie américaine, ce qui va grandement retarder Huawei dans la course à la technologie de pointe.

Quelles puces pourrait fabriquer cette usine ?

L’usine de fabrication expérimentera dans un premier temps la fabrication de puces bas de gamme en 45 nm, une technologie que les leaders mondiaux de la fabrication de puces ont commencé à utiliser il y a 15 ans. Néanmoins, Huawei voudrait fabriquer des puces plus avancées de 28 nm d’ici la fin de l’année prochaine. Ces puces seraient à terme destinées à fabriquer certains appareils connectés de Huawei tels que des télévisions.

Cette usine ne devrait cependant pas aider la division smartphones de l’entreprise. Depuis les sanctions américaines, Huawei s’attendait à une forte baisse de ses ventes de smartphones. En effet, le fabricant n’était plus capable d’en produire. Selon un analyste, Huawei pourrait même quitter le marché des smartphones dans le pire des scénarios. Cependant, nous avons récemment appris une bonne nouvelle, Huawei pourrait de nouveau commander des puces si le produit fabriqué n’est pas compatible 5G.

Huawei souhaiterait ensuite à produire des puces de 20 nm d’ici la fin de l’année 2022. Elles pourraient être utilisées pour fabriquer la plupart de ses équipements de télécommunications 5G et permettre à cette activité de se poursuivre même avec les sanctions américaines. Ses équipements avaient néanmoins été bannis de certains pays, comme au Royaume-Uni.

Le secteur des smartphones de Huawei devrait reprendre petit à petit. De plus en plus d’entreprises se voient accorder des licences spéciales par les États-Unis. De nombreuses entreprises, dont Intel, AMD et Samsung Display ont reçu la licence pour fournir des composants au géant chinois.

Source : Financial Times