Accueil » Actualité » Il n’y aurait finalement pas de vie sur Vénus selon des scientifiques

Il n’y aurait finalement pas de vie sur Vénus selon des scientifiques

Le mois dernier, une équipe internationale d’astronomes a annoncé qu’elle avait détecté des traces d’un gaz dans l’atmosphère vénusienne qui ne devrait pas s’y trouver.

L’équipe avait conclu qu’une source vivante ou une étrange chimie vénusienne inconnue étaient des explications possibles de la présence abondante de phosphine dans les nuages brumeux de Vénus.

Vénus - WikiImages / Pixabay
Vénus – Crédit : WikiImages / Pixabay

L’équipe qui a repéré la phosphine, dirigée par Jane Greaves de l’université de Cardiff au Royaume-Uni, n’a pu trouver aucun mécanisme permettant de former suffisamment de phosphine sur Vénus pour expliquer ces observations. Sur Terre, ce gaz est produit par des organismes vivants et des processus industriels.

D’autres scientifiques qui n’avaient pas participé à la détection initiale ont apporté un regard neuf sur les données qui se cachaient derrière cette annonce surprenante. Leurs découvertes ont jeté le doute sur l’allégation initiale de quantités inexplicables de phosphine.

Vénus ne contiendrait finalement pas de phosphine gazeuse

Des chercheurs de Harvard, de l’Observatoire de Paris et du MIT ont réanalysé les observations précédentes pour rechercher des signes de la présence de ce gaz dans les nuages de la planète. Ceux-ci ont découvert que l’atmosphère de Vénus pourrait finalement ne pas contenir autant de phosphine gazeuse, un indicateur possible de la vie, ce qui contredit les résultats de l’étude publiée le mois dernier.

Peu après la publication de l’étude originale, la nouvelle équipe a conclu que les niveaux de phosphine sur Vénus étaient inférieurs à ceux rapportés initialement. En effet, selon Thérèse A. Encrenaz, une astrophysicienne de l’Observatoire de Paris, les niveaux de phosphine sur Vénus seraient quatre fois inférieurs à ce que l’étude originale suggérait. Vénus étant très brillante, beaucoup de lumière parasite serait apparue, brouillant ainsi les données d’origine.

Mars redeviendrait donc la principale candidate pour trouver de la vie dans notre système solaire. Des scientifiques avaient déjà découvert des traces de méthane sur la planète rouge. D’autres chercheurs avaient également découvert ce qui ressemblait à un réservoir d’eau, et la NASA a peut-être déjà trouvé des traces de la vie sur Mars il y a 40 ans. On espère que les rovers qui se dirigent actuellement vers Mars nous feront part de données intéressantes en ce qui concerne la vie extraterrestre.

Source : thecrimson