Accueil » Actualité » Instagram est-il nocif pour les adolescentes ?

Instagram est-il nocif pour les adolescentes ?

Instagram est-il un réseau social toxique pour les adolescents et plus particulièrement les jeunes filles ? Selon des études internes, Instagram est nocif pour le bien-être et l’image corporelle des adolescentes. Facebook assure que ce n’est pas le cas.

Il y a deux semaines, The Wall Street Journal a rapporté que des études internes menées par Facebook montraient « un important problème de santé mentale chez les adolescents que Facebook minimise en public ». En effet, le réseau social de Mark Zuckerberg a réalisé en interne des études approfondies pour déterminer l’impact d’Instagram sur les jeunes et plus particulièrement sur les adolescentes.

Instagram
Instagram – Crédit : Kate Torline / Unsplash

Pour résumer, les chercheurs de Facebook ont découvert après trois années d’études qu’Instagram est « nocif pour un pourcentage important » de jeunes utilisateurs. Ces utilisateurs sont surtout des adolescentes. D’après les résultats des recherches présentés à Facebook en 2019, Instagram est responsable d’aggraver les problèmes d’image corporelle pour une adolescente sur trois. De plus, le réseau social est aussi accusé de faire empirer les taux de dépression et d’anxiété.

À lire aussi > Facebook : « l’élite américaine » échappe à la modération grâce à un programme VIP

Facebook assure qu’Instagram ne nuit pas aux adolescentes (ou presque pas)

À la suite de ce rapport édifiant de The Wall Street Journal, Facebook n’avait pas d’autre choix que d’y répondre. Il a publié un billet de blog qui reprend les résultats des études et ce qu’ils signifient réellement. Facebook réfute qu’Instagram soit nocif pour les adolescentes. Il précise notamment que : « Les recherches d’Instagram montrent que sur 11 des 12 problèmes de bien-être, les adolescentes qui ont dit avoir lutté contre ces problèmes difficiles ont également déclaré qu’Instagram les a améliorés au lieu de les empirer ».

De plus, Facebook a également dénié cacher cette étude du public. Selon le réseau, « nos recherches internes font partie de nos efforts pour minimiser le mal sur nos plateformes et maximiser le bien ». Il reconnaît donc tout de même que le cyberharcèlement est présent sur les réseaux et sur Instagram. D’ailleurs, des adolescents américains s’étaient servis de Snapchat pour jouer aux esclavagistes il y a quelques mois.

À lire aussi > Instagram : date de naissance obligatoire pour accéder au réseau social

Instagram est effectivement nocif pour les problèmes d’image corporelle chez les adolescentes

Facebook a partagé une slide de sa recherche que vous pouvez retrouver ci-dessous. Les graphiques démontrent les problèmes rencontrés par les jeunes garçons et filles. L’objectif est de savoir si Instagram les a empirés, les a améliorés ou n’a eu aucun impact.

Les problèmes rencontrés par les jeunes garçons (à gauche) et les filles (à droite) et l'impact d'Instagram sur ces problèmes
Les problèmes rencontrés par les jeunes garçons (à gauche) et les filles (à droite) et l’impact d’Instagram sur ces problèmes – Crédit : Facebook

Pour les adolescentes qui avaient des problèmes d’alimentation, de solitude, d’anxiété et de tristesse, Instagram était plus susceptible d’améliorer ces problèmes plutôt que de les aggraver. Cependant, le problème principal d’Instagram est la toxicité du réseau envers l’image corporelle des utilisateurs. Selon Facebook, « la recherche montre qu’une adolescente sur trois qui nous a dit avoir des problèmes d’image corporelle a déclaré que l’utilisation d’Instagram les faisait se sentir pire ».

Enfin, tout le monde n’adhère pas aux explications de Facebook suite au rapport de The Wall Street Journal. Des sénateurs américains ont prévu de lancer une enquête sur cette affaire. Selon eux, « il est clair que Facebook est incapable de se tenir responsable ».

Source : CNET