Accueil » Dossier » Internet Explorer 10 : 10 raisons d’y croire

Internet Explorer 10 : 10 raisons d’y croire

Image 1 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Un browser toujours d’actualité

Au royaume des browsers, ce sont Chrome et Firefox qui mènent la danse depuis quelques années. Et pourtant, à en croire certains instituts de statistiques, Internet Explorer serait toujours le navigateur le plus utilisé au monde. D’après Net Applications par exemple, IE a enregistré 54,76 % de parts de marché, alors que Firefox n’en détient que 20,44% et Chrome 17,24 %. Les chiffres varient selon l’institut, et c’est parfois Chrome qui sort en tête, mais il en ressort systématiquement que le logiciel de Microsoft reste toujours très utilisé au niveau mondial, probablement parce qu’il est bien implanté en entreprise. Et puis, même si Windows 7 et Windows 8 laissent le choix dès l’installation quant au navigateur, on trouve bien souvent Internet Explorer déjà mis en place sur les ordinateurs portables et les PC assemblés. De quoi assurer d’entrée de jeu une immense popularité au browser. Mais IE a malgré tout souffert ces dernières années de la concurrence et de sa réputation de « navigateur lent ». En conséquence, on se demande si la dixième édition d’Internet Explorer apporte quelque chose de vraiment nouveau et peut rivaliser avec les performances des concurrents… Ou si le glas a définitivement sonné pour un navigateur qui a connu son heure de gloire voilà plus de dix ans ?

Image 2 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

IE 10 pour Windows 8 : un mode en plein écran totalement assumé

Le mode immersif d’Internet Explorer 10, qui s’exécute sous l’Interface Windows, anciennement appelée Metro, constitue l’une des  grandes nouveautés du browser. Cette fonctionnalité n’est disponible que sous Windows 8 et Windows RT : IE s’exécute alors en plein écran et son environnement diffère totalement de celui que l’on connaît en mode Bureau. Les onglets se présentent sous la forme de petites vignettes permettant de prévisualiser un site en haut de l’écran, tandis que la barre d’adresse est en bas… Au premier coup d’œil, c’est franchement très déroutant. Il faut un bon moment avant d’arriver à s’adapter à ce genre d’environnement. Mais ne perdons pas de vue que, comme toutes les applications qui s’exécutent depuis la nouvelle Interface Windows, IE 10 est particulièrement adapté au monde tactile. Dès lors, ce mode plein écran, avec ses menus très sommaires, se justifie pleinement. Reste qu’au quotidien, sur un PC de bureau ou un ordinateur portable, on revient plus souvent à l’application de Bureau.

Image 3 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Bureau / Metro : une correspondance dans les deux sens

Pour paramétrer convenablement IE sous Windows 8, il est indispensable de passer par l’application de Bureau, la version immersive n’offrant que très peu de fonctionnalité. Bonne nouvelle : tous les réglages que vous effectuez sous « IE Bureau » se retrouvent également portés sous « IE en mode immersif ». Par conséquent, dans la version Interface Windows d’IE 10, vous pouvez accéder à des fonctions très poussées : désactiver la prise en charge de certains éléments multimédias de pages web, activer le rendu logiciel plutôt que le rendu GPU, etc. L’interaction entre les deux modes est totale : si vous ajoutez un favori sous IE en mode immersif, ce même favori sera intégré à la liste de ceux déjà présents à la version Bureau du navigateur.

Image 4 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Une meilleure prise en charge des standards du web

Ce n’est un secret pour personnel, le navigateur souffre depuis la version 6 d’un gros retard quant au support des standards imposés le W3C. Par conséquent, les développeurs doivent désormais ruser au maximum pour rendre leurs pages à peu près compatibles avec IE, ou faire complètement l’impasse sur celui-ci et se couper d’une bonne partie de la population internet. Mais avec IE 10, les pages web sont mieux reconnues, comme le montrent les tests effectués par Tom’s Hardware. Certes, le navigateur n’égale pas toujours ses concurrents en fonction du type de bench réalisé, mais l’avancée est incontestable par rapport à la version 9 du navigateur. HTML5, CSS3, Javascript… Le navigateur parvient à interpréter les standards du web. Pour s’en rendre compte, on peut se rendre sur le site http://www.wab.com, qui exécute des démos initialement développées à l’aide de CODEF pour Google Chrome. Même si les démos en question ne s’exécutent pas toujours convenablement sous IE 10, il y a une très nette amélioration par rapport à l’ancienne mouture du browser.

Image 5 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Des pages web et des jeux qui tirent parti d’IE 10 : oui, c’est possible

Certains sourient déjà, et pourtant, les premiers sites et jeux qui exploitent pleinement les possibilités d’IE 10 sont bien là. Il suffit de visiter la page Test Drive pour s’en rendre compte. On y trouve notamment le jeu Contre Jour, qui fonctionne certes sous tout type de navigateur, mais tire réellement parti du mode multitouch de IE 10 / Windows 8. L’un des univers du jeu n’est d’ailleurs pleinement exploitable que sous IE 10. D’autres pages référencées sur Test Drive sont par ailleurs davantage adaptées à IE 10 (tout en restant conformes aux standards du web). Faites le test : ouvrez le site Audio Explosion. Seuls IE 10 et Google Chrome 23 parviennent à gérer cette page convenablement, tandis que les autres navigateurs souffrent de gros ralentissements ou de bugs d’affichage.

Image 6 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Des outils dédiés aux développeurs

Avec cette nouvelle édition, Microsoft tente davantage de séduire les développeurs web. Pour créer un site, on y trouve donc des fonctions de glisser-déposer, de gestion des formulaires, de contrôle des sandbox, de scripts asynchrones, etc. Tout ceci, en pressant simplement la touche F12, laquelle permet de faire apparaître le module de développement de page.

Image 7 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Un navigateur disponible sous Windows 7 et 8, mais pas sous XP ni Vista

Si la version finalisée du navigateur est pour l’instant accessible aux utilisateurs de Windows 8 ou Windows RT, une préversion est également destinée aux détenteurs de Windows 7 et peut être téléchargée sur cette page. On y retrouve les mêmes possibilités, à l’exception du mode immersif propre à Windows 8 et l’installation par défaut de Flash Player. En revanche, pas de migration possible pour les utilisateurs des anciennes versions de Windows : XP et Vista ne bénéficient pas des avancées du nouveau navigateur. Alors oui, XP est un OS sorti il y a presque douze ans, mais il représente tout de même 39,82 % du parc installé. Enfin, notez qu’Internet Explorer 10 est également disponible sous Windows Phone 8 et Xbox 360 et que ces versions offrent les mêmes performances que l’édition pour Windows 8, à quelques exceptions près inhérentes à l’OS (comme la prise en charge d’ActiveX, par exemple).

Image 8 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Un système toujours très fermé

Si le navigateur offre des fonctionnalités plus intéressantes que dans ses précédentes éditions, il est un domaine dans lequel Microsoft n’a cependant pas réussi à innover. Les possibilités de développement d’extensions sont quasiment inexistantes, alors qu’elles constituent l’une des grandes forces de Chrome, Firefox ou Opera. Et c’est bien dommage, car on aurait vraiment aimé profiter d’une partie des plug-ins des navigateurs concurrents, qui permettent par exemple de récupérer rapidement des vidéos sur le web via le browser, de changer l’apparence du browser en deux secondes, d’améliorer la sécurité du surf, de jouer, etc. L’opération est d’autant plus impossible que IE 10 sous Windows 8 / RT s’exécute en mode immersif, lequel n’autorise pas le moindre élément venant du monde extérieur (comme dans une sandbox, en quelque sorte).

Image 9 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

Une sécurité davantage renforcée

Le filtre SmartScreen, qui avait fait son apparition dans Internet Explorer 8, se voit renforcé dans cette nouvelle édition. Rappelons qu’il s’agit d’un outil dédié à lutter contre le phishing et la fraude en ligne. En outre, l’outil de BrowserScope Security montre clairement que le navigateur reste l’un des plus sécurisés du marché, en réussissant 14 tests sur 17 (tests réalisés par nos confrères de Tom’s Hardware et disponibles à cette adresse). Enfin, le module Do Not Track tant décrié de la part des annonceurs, car activé par défaut, permet d’empêcher de suivre l’activité des internautes et de cibler en conséquence leurs publicités.

Image 10 : Internet Explorer 10 : 10 raisons d'y croire

En conclusion : faut-il l’adopter ?

Internet Explorer 10 propose de belles avancées : une meilleure prise en charge du HTML5 et du CSS3, une interconnexion entre les versions Bureau et Interface Windows sous W8/RT, une sécurité améliorée… Bref, le navigateur rattrape au fil des ans son retard. Reste qu’il va être difficile (voire impossible ?) de convaincre les utilisateurs qui ont migré il y a plusieurs années vers un navigateur concurrent de faire marche arrière. En outre, comme cela a été évoqué, le manque de flexibilité du navigateur risque de fortement rebuter les développeurs qui voudraient porter leurs extensions sous la nouvelle mouture d’IE. Enfin, on remarque qu’Internet Explorer n’offre par défaut aucun outil d’importation depuis un logiciel concurrent. Ce qui ne facilite pas la migration depuis un navigateur comme Chrome ou Firefox, alors que ces deux derniers proposent justement d’importer depuis IE différents éléments (favoris, historique…) lorsqu’on les installe. Bref, IE 10 demeure un très bon navigateur, auquel il manque encore une poignée de fonctionnalités pour en faire un logiciel incontournable…