Accueil » Dossier » iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Image 1 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Un nouvel iPhone, vraiment ?

Apple a tenu une conférence de presse le 21 mars pour présenter le dernier smartphone de sa gamme : l’iPhone SE. Des mois de rumeurs l’ont précédé et il s’avère qu’elles ont toutes vu juste. Sauf qu’à vrai dire, il est difficile de parler de nouveauté, tant cet appareil sent le réchauffé : iPhone 5s et iPhone 6s servent de banque de pièces pour constituer cet étrange terminal. De loin, de près ou même sous le capot, l’iPhone SE sent le réchauffé à tout point de vue et on vous explique pourquoi.

Le dernier appareil de la marque sera disponible en précommande à partir du 24 mars prochain et les livraisons débuteront le 31 mars.

Image 2 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Design : papy fait de la résistance

L’iPhone SE reprend la même structure que l’iPhone 5s. Cela implique donc des dimensions identiques : une hauteur de 123,8 mm, une largeur de 58,6 et une épaisseur de 7,6 mm. Le poids, particulièrement bas, augmente toutefois d’un gramme par rapport à l’ancien modèle : 113 grammes.

Sans surprise suite aux nombreuses rumeurs qui ont précédé ce lancement, le design est également inchangé et si l’on peut toujours apprécier la qualité des finitions, on a du mal à s’enthousiasmer devant un dessin vieux de près de 4 ans maintenant.

Alors pour faire passer la pilule, Apple a sorti les grands moyens : de nouvelles couleurs, dont le rose et l’or. Sauf que ces teintes ont fait leurs débuts respectivement sur les iPhone 6s et iPhone 6. Il en faut plus pour convaincre et au final cet argument sert plus de cache-misère qu’autre chose.

Image 3 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Écran : 4 pouces pour le confort d’un pouce

D’après Apple, 30 millions d’utilisateurs auraient acheté un iPhone avec un écran 4 pouces durant l’année 2015. Un signe pour la marque que la demande est forte pour ce genre d’appareil, et une opportunité pour tenter de résoudre sa problème de stagnation des ventes d’iPhone.

Certains diront que les 4″ restent la taille idéale afin que le pouce puisse naviguer sans difficulté sur toute la longueur de l’écran. C’est un argument qui s’entend et cela reste finalement à l’appréciation des utilisateurs, même si l’on regrette l’occupation de l’écran sur la façade de seulement 60 %.

Reste que pour profiter des innombrables contenus multimédias qui sont accessibles aujourd’hui, on peut objectivement rétorquer qu’un écran 4 pouces est franchement limité. Par ailleurs, la définition est identique à ce que l’on a connu sur l’iPhone 5s, soit 1136 x 640 pixels.

Image 4 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Performances : un gros moteur dans un petit appareil

À défaut d’offrir quoi que ce soit de nouveau, Apple a eu la bonne idée d’intégrer l’un des composants les plus performants de son catalogue à l’iPhone SE. On retrouve ainsi la puce Apple A9, la même que dans l’iPhone 6s.

Les performances seront donc probablement de très haut niveau, surtout en ce qui concerne la partie graphique puisque la définition est particulièrement faible (pour rappel, 1 136 x 640 pixels). Par contre, à la différence du 6s, un seul giga-octet de mémoire vive est intégré.

Il n’y a toutefois pas de quoi s’inquiéter, puisque l’iPhone6 se contentait encore d’une telle quantité de RAM et s’en sortait sans le moindre problème. On peut donc s’attendre à ce que la situation ne soit pas différente ici.

Image 5 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Autonomie : le futur point noir ?

L’autonomie n’a jamais été le point fort des iPhone, excepté dans les déclinaisons grand-formats (iPhone 6 Plus ou 6s Plus). Aujourd’hui encore, l’accumulateur de l’iPhone 6s ne dépasse pas les 2 000 mAh là où les concurrents sous Android atteignent, voire dépassent, les 3 000 mAh.

Le principal désavantage de revenir à un châssis de 4 pouces, c’est que la place manque franchement pour intégrer une batterie grand format. Et si le processeur vient de l’iPhone 6s, la batterie ne suit pas du tout.

C’est ainsi que l’on se retrouve avec un accumulateur de 1 642 mAh. C’est certes plus que le 5s – 1 560 mAh – mais c’est moins que les 1 715 mAh du 6s. Il sera donc intéressant de voir l’autonomie dans les faits, mais sur le papier, Apple indique des valeurs similaires à celles du 6s.

Image 6 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Capteur photo : du déjà vu

L’iPhone 5s intégrait un capteur photo 8 mégapixels. La très bonne nouvelle du SE, c’est qu’il s’en passe pour à la place récupérer celui du 6s. On se retrouve donc avec le dernier capteur 12 mégapixels, dans sa version sans stabilisateur optique (réservée à l’iPhone 6s Plus.

Les qualités du dispositif ont déjà été de nombreuses fois commentées, que ce soit en termes de qualité des images produites ou de la quantité de détails qu’il capture. La fonctionnalité Live Photos inaugurée sur l’iPhone 6s – mais qui n’avait rien de nouveau en soi – est également de la partie.

Surtout, les capacités de l’appareil ne semblent pas avoir été bridées pour l’occasion puisque l’iPhone SE est en mesure de filmer jusqu’en 4K, mais il ne faudra pas avoir peur de saturer rapidement son stockage.

Image 7 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Stockage : la blague des 16 Go

Apple est fidèle à ses habitudes et ce n’est pas l’iPhone SE qui viendra apporter le tant attendu lecteur de carte microSD pour étendre le stockage des téléphones de la marque. À la place, il faut choisir entre deux options : 16 Go et 64 Go.

La mauvaise nouvelle, c’est l’entêtement d’Apple de n’offrir que 16 Go de stockage – dont à peine plus de 10 sont exploitables en réalité – avec des appareils voués à accueillir d’innombrables applications et fichiers multimédias.

La bonne nouvelle, c’est qu’une version 64 Go est donc disponible, pour 100 euros supplémentaires. À croire que tout est fait pour encourager les potentiels acheteurs à se tourner précisément vers le modèle le plus généreusement doté. Sans quoi, l’entrée de gamme proposerait 32 Go plutôt que 16.

Image 8 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Touch ID : la sécurité avant tout

Comme l’iPhone 5s, l’iPhone SE intègre la technologie Touch ID, un lecteur d’empreinte digitale qui vient protéger l’accès au téléphone. Il sert également à s’authentifier pour les achats depuis l’App Store, Apple Pay dans les pays compatibles ou dans certaines nouvelles fonctions d’iOS 9.3.

Il aurait été surprenant qu’Apple fasse l’impasse sur cette fonctionnalité qui participe notamment au taux particulièrement élevé d’appareils encryptés chez Apple : 95 % contre 2 % seulement chez Android.

Rappelons aussi que la sécurité est un sujet privilégié de la marque. Rappelons qu’Apple est aussi au cœur de l’actualité et a entamé un bras de fer avec le FBI, précisément pour assurer la protection des données de ses utilisateurs.

Image 9 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Apple Pay : toujours pas en France

La fiche technique de l’iPhone SE indique la présence d’une puce NFC, qui ne peut en réalité être utilisée que dans un seul but : Apple Pay. Le service n’est pas encore disponible en France, mais pourrait bien arriver cette année.

La puce fonctionne de concert avec le lecteur d’empreinte digitale Touch ID pour authentifier l’utilisateur et autoriser les paiements. Si c’est un argument pour ceux qui vivent dans des zones où la fonction est disponible, ce n’est donc toujours pas le cas pour nous.

Image 10 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

iOS 9.3 : bonne nuit, les petits

Entre deux produits, Apple a introduit une nouvelle mise à jour de son système d’exploitation mobile, iOS. Numérotée 9.3, cette déclinaison introduit quelques nouveautés qui, à défaut de révolutionner l’utilisation de son téléphone, améliorent des fonctions existantes.

C’est par exemple le cas de Notes, qui tire enfin parti du lecteur d’empreinte digitale. Ainsi, il devient possible de protéger l’accès à une note grâce au Touch ID et éviter que des yeux curieux ne viennent se poser sur des documents sensibles.

Sinon, le mode Night Shift propose de modifier les couleurs de l’affichage afin de réduire la lumière bleue à la tombée de la nuit. Le but est ainsi de reposer les yeux, mais également de faciliter le sommeil même en utilisant son téléphone dans son lit.

Image 11 : iPhone SE : difficile d’appeler ça une nouveauté

Tout est petit, sauf le prix

L’iPhone SE est l’iPhone le moins cher jamais vendu par la marque. Mais cela ne veut pas dire qu’il est bon marché pour autant. On se sera fait avoir une fois, avec l’iPhone 5c que l’on imaginait accessible avant de se prendre la dure réalité en pleine face lors de son annonce.

On savait donc à quoi s’attendre cette fois, et ce sont sans surprises des prix encore assez élevés qui sont affichés par Apple. L’iPhone SE débute à 489 euros en version 16 Go et atteint 589 euros avec 64 Go de mémoire.

Pour ce prix, on peut trouver un Galaxy S6 Edge sans trop de difficulté avec 32 Go de mémoire vive, un écran avec des bords incurvés, des performances équivalentes, un capteur photo plus performant, une meilleure batterie… On continue ou on peut s’arrêter là ?

>>> Lire : L’iPhone 6s vs Galaxy S6 Edge : le match en chiffres