Accueil » Actualité » Ne regardez pas The Irishman sur votre smartphone

Ne regardez pas The Irishman sur votre smartphone

The Irishman, dernier film de Scorsese est sorti en streaming sur Netflix. Alors que le long métrage ne sort que sur petit écran, le réalisateur a un conseil bien particulier pour ses fans…

Martin Scorsese revient en 2019 avec un long métrage d’un peu plus de 3h30, qui propose une immersion d’un demi-siècle dans la vie des gangsters du Nord-Est des États-Unis. Le film raconte la vie de Franck Sheeran, interprété par Robert de Niro. Cette oeuvre qui est déjà majeure dans la carrière du cinéaste réside dans l’accumulation de détails, telle une grande fresque historique qui va de 1950 au début des années 2000.

Image 1 : Ne regardez pas The Irishman sur votre smartphone

Bien que ce film ne sorte pas sur grand écran – une première pour Scorsese – le réalisateur demande à ses fans de ne pas regarder « The Irishman » sur leur téléphone portable, car cela ruinerait l’effet recherché : « Je vous suggérerais – si vous voulez regarder un de mes films, ou la plupart des films d’ailleurs – de ne pas le regarder sur un téléphone, s’il vous plait. Sur un iPad, un grand iPad, au moins ». Le smartphone est banni, donc.

« The Irishman » uniquement sur Netflix, symbole de la crise du cinéma traditionnel

L’un des films les plus importants de 2019 – et peut-être l’un des meilleurs – ne sortira donc pas sur les grands écrans en France. Pour le voir, l’unique solution est de posséder un compte Netflix. Après le film « Roma » (Lion d’or 2018) qui était lui aussi uniquement diffusé en streaming, cet évènement symbolise la crise que traverse le cinéma traditionnel actuellement.

Martin Scorsese avait expliqué en octobre 2019 que les studios hollywoodiens privilégiaient la production de films à très gros budgets (Marvel, DC, Hasbro), qu’il décrit comme « des parcs d’attractions », au détriment de ce qu’il considère être le cinéma. Selon lui, ces pratiques conduisent à la réduction de la prise de risque dans l’industrie pour produire des films identiques. Les plateformes se sont donc engouffrées dans la brèche, proposant leurs ressources aux producteurs en échange de l’exclusivité de la diffusion.

Source : LRMonline