Accueil » Actualité » ISS : l’essai de missile antisatellite russe aurait pu gravement endommager la station

ISS : l’essai de missile antisatellite russe aurait pu gravement endommager la station

La Russie vient d’effectuer un essai de missile antisatellite en conditions réelles. Problème : la destruction de l’appareil cible a généré une grande quantité de débris, qui aurait pu gravement endommager la station spatiale internationale.

En début de semaine, la Russie admettait avoir procédé à un test grandeur nature de missile antisatellite. L’agence spatiale russe Roscosmos a donc détruit un de ses propres satellites déclassifiés, le Tselina-D, qui était en orbite depuis 1982. Mais l’explosion de ce dernier a projeté au moins 1500 débris spatiaux, dont certains étaient suffisamment proches de l’orbite de l’ISS pour justifier des préparatifs de collision d’urgence.

ISS - Crédit : Wikimedia
ISS – Crédit : Wikimedia

Ainsi, les sept astronautes à bord de la station spatiale internationale ont été mis en alerte. L’équipage a dû se réfugier à bord des capsules d’évacuation amarrées à l’ISS. Les débris sont alors passés plusieurs fois à proximité de la station, sans occasionner de dégâts. Finalement, la journée s’est terminée sans qu’aucun dommage ou blessure n’ait été signalé à bord. En revanche, il semblerait que les précautions prises par les responsables de mission soient pleinement justifiées.

ISS : un trou de moins de deux centimètres de diamètre aurait pu détruire la station

En effet, selon la NASA, les débris spatiaux comme ceux qui ont été créés lors de la désintégration du satellite russe peuvent se déplacer à plus de 28 000 km/h. Même un morceau de métal de la taille d’un petit pois peut devenir un projectile potentiellement mortel en orbite terrestre basse. À titre de comparaison, une balle tirée par un fusil se déplace à environ 3 500 km/h. On peut donc imaginer l’ampleur des dégâts en cas d’impact avec un débris en orbite, même d’une très faible masse.

La moindre collision avec un débris, si petit soit-il, aurait eu des effets catastrophiques. John Crassidis, professeur a l’université de Buffalo (New York) déclare ainsi : « Il ne faut pas un très gros impact pour faire exploser la station spatiale […] En effet, un trou d’à peine 1,3 centimètre de large pourrait causer des dommages structurels irréparables qui pourraient complètement anéantir la station spatiale internationale« .

À lire aussi > ISS : un nouvel accident causé par un propulseur russe dévie la station

Source : space.com