Accueil » Actualité » Jack Lang indéxé par Google et annexé par l’UMP

Jack Lang indéxé par Google et annexé par l’UMP

On ne s’échange plus seulement les cartes de visite entre gens de pouvoir, mais aussi les noms. En effet si vous cherchez «Jack Lang», «Laurent Fabius» ou «Jospin» sur Google, le lien en tête de la page vous mènera directement… sur le site Web de l’UMP. Dur à avaler ? Peut être, mais pour l’instant ce transfert est tout ce qu’il y a de plus légal.

Jack a dit…

«Il utilise des méthodes que j’estime être celles de voyous.». L’ancien ministre de la culture voit le public de son blog drainé chez les concurrents, preuve que le procédé est efficace. Mais la technique n’est pas répréhensible, il ne s’agit en aucun cas de Google Bombing, mais d’un simple achat régulier de mot clé. Moderne, Nicolas Sarkozy a récemment cherché à coller au plus proche de l’actualité en payant pour «cité», «racaille» ou «voyous» durant les émeutes, et maintenant pour «contrat première embauche», «caricatures de Mahomet» ou «directive Bolkestein». L’hyperlien qui redirige vers le site de son parti est commercial, différencié des autres par sa présentation, mais l’internaute commun fait statistiquement encore peu de différence avec les résultats ordinaires.

Le procédé est extrêmement populaire, et de nombreux webmasters l’utilisent pour faire remonter leur audience. Même si le député du Pas-de-Calais annonce «Ces procédés ne seront pas les nôtres», il en a probablement profité comme tout le monde, ce que prétend son ancien disciple Stéphane Trano qui assure avoir acquis «UMP» et «Sarkozy» du 2 au 15 janvier. «Jack Lang l’ignorait et l’ignore certainement toujours» assure-t-il, mais cela aurait « bien marché » . Et que faire si on se fait voler son nom ? Le PS avait incité à inonder de clic une publicité de l’UMP, expliquant que chaque clic était facturé. Seulement un grand nombre de clics en fait baisser le prix unitaire, et pour tous les liens commerciaux, pas seulement celui cliqué. De plus le lien remonte dans le Google Ranking, et se place de plus en plus haut sur la page.

La cas « Lang » a été abandonné par « courtoisie », comprendre que c’est mauvais pour les sondages, mais le système n’est pas près de s’arrêter, trop rentable. Apparement, « Ségolène Royal » est très prisé sur le marché…

Source : Libération