Accueil » Actualité » KaZaA contre le contenu pédophile sur son réseau

KaZaA contre le contenu pédophile sur son réseau

Les réseaux de p2p ont changé leur politique face aux menaces de l’industrie du disque, c’est ainsi qu’ils n’hesitent plus à colaborer avec les autorités pour empêcher la diffusion de contenus pédophiles sur leur réseaux peer to peer.

Sharman Networks, populaire pour son logiciel d’échange de fichiers KaZaA, s’est associé depuis plusieurs mois avec le FBI pour traquer les utilisateurs échangeant ce type de contenu, face à la pression de l’industrie du disque souhaitant la fermeture pur et simple des réseaux P2P permettant la diffusion de produit culturel soumis à des droits d’auteurs.

Ce changement de politique est cependant contraire à ce que les réseaux de P2P affirmaient depuis longtemps pour leur défense : l’impossibilité de filtrer le contenu numérique des utilisateurs. Malgré cela, le FBI affirme pouvoir se donner les moyens de localiser les suspects et bientôt, de maîtriser une technologie permetant de reconnaitre les contenus incriminés.

Après de nombreuses méthodes pour lutter contre le téléchargement illégal tel que le spoofing pour inonder le réseau de fichiers corrompus ou de très mauvaises qualité, Retspan proposerait de rémunerer les utilisateurs contre l’hébergement de faux fichiers les redirigeant vers des sites légaux.
Ce système, « PeerFactor », fournirait aux membres inscrits un fichier leurre composé d’un identifiant propre à chaque utilisateur afin de retracer les redirections. Les participants toucheront une commission pour chaque redirection ou achat effectué grâce au fichier leurre.

Dans sa lancée, la RIAA demanderait aux législateurs américains d’imposer la présence d’un adulte lors de l’installation de logiciel P2P, de quoi rendre perplexe lorsqu’on sait que malgré cette initiative de protection de la jeunesse, elle continue de frapper par de très nombreuses procédures judicaires à la place de sensibiliser l’utilisateur à arrêter les téléchargement illégaux.

Source : Le Washington Post et PeerFactor.