Accueil » Actualité » La Chine construit un nouveau navire lanceur de fusées

La Chine construit un nouveau navire lanceur de fusées

La Chine construit un navire spécialement conçu pour le lancement de fusées vers l’espace depuis les mers. Cette plateforme doit permettre des tirs securises, mais aussi faciliter effectuer des recuperations d’etages reutilisables.

Le navire, sobrement nommé « vaisseau de lancement de fusées de type nouveau » sera d’une longueur de 162,5 m et d’une largeur de 40 m. Celui-ci est actuellement en cours de construction pour être utilisé depuis le nouveau port spatial oriental de Chine à Haiyang. Il sera doté d’un équipement intégré de support de lancement et sera capable de mettre en orbite la fusée chinoise Longue Marche 11 ou encore le micro-lanceur Smart Dragon. À l’avenir, le navire sera en mesure de faire décoller des fusées à propergol liquide.

Fusée Longue Marche 11 sur la plateforme maritime De Bo 3 - Crédit : CASC
Fusée Longue Marche 11 sur la plateforme maritime De Bo 3 – Crédit : CASC

L’entreprise SpaceX d’Elon Musk est bien connue pour ses récupérations de premiers étages des fusées Falcon 9 et Falcon Heavy en haute mer. D’ailleurs, plus tôt cette année, Musk a dévoilé une nouvelle barge de récupération 100 % autonome. La Chine compte sur son nouveau bateau pour effectuer le même type de récupération à l’avenir. Le navire contribuera à augmenter la fréquence à laquelle la Chine peut effectuer des lancements, tout en diminuant la pression sur les quatre principaux centres spatiaux chinois.

Tirs de fusées depuis la mer : d’innombrables avantages

Le lancement depuis la mer présente d’autres avantages pour la Chine. La souplesse de positionnement du site de lancement permet de choisir plus facilement une trajectoire de vol qui ne survole pas d’autres pays. Aussi, cette option garantit une retombée des étages de fusée usagés et autres dans la mer, plutôt que sur la terre ferme. En effet, les débris des lancements effectués depuis l’intérieur des terres ont tendance à retomber sur le sol plutôt que dans la mer, et atterrissent parfois à proximité de zones habitées.

Une plate-forme maritime mobile permet également des lancements plus près de l’équateur. La vitesse de rotation de la Terre étant plus élevée près de l’équateur, les besoins en carburant pour atteindre l’orbite sont moindres. Jusqu’à présent, en 2021, la Chine a déjà effectué 41 lancements, établissant un nouveau record national pour les lancements orbitaux au cours d’une année, devançant les États-Unis qui comptent 39 lancements à ce jour. Pour la première fois de l’histoire du pays, une femme chinoise vient d’effectuer une sortie extravéhiculaire.

Source : space.com