Accueil » Actualité » La Chine est en train de préparer sa propre monnaie virtuelle

La Chine est en train de préparer sa propre monnaie virtuelle

Image 1 : La Chine est en train de préparer sa propre monnaie virtuelle

Un dirigeant de la People’s Bank of China (PBC) a annoncé que la monnaie virtuelle de la banque centrale chinoise, la CBDC, serait bientôt présentée au grand public. Une annonce plutôt étonnante lorsque l’on sait que Pékin n’a jamais apprécié le bitcoin et autres monnaies telles que l’Ethereum.

Une monnaie virtuelle qui n’utilise pas complètement le blockchain

Selon l’un des représentants de la PBC, le CBDC est encore à l’état de prototype. Sa conception prend naturellement du temps, car le parti ne souhaite pas, pour diverses raisons, utiliser une architecture entièrement basée sur la blockchain, la technologie de stockage et de transmission d’informations derrière l’explosion des monnaies virtuelles.

Le gouvernement explique qu’une architecture entièrement basée sur la blockchain n’aurait pas une capacité de traitement assez grande pour prendre en charge les dizaines de millions d’opérations financières auxquelles elle serait soumise dès son lancement.

Lorsque l’on sait que le Bitcoin consomme autant d’électricité que la Suisse, on se doute qu’avec plusieurs centaines d’utilisateurs simultanés, l’infrastructure bancaire de cette monnaie virtuelle chinoise se doit d’être rapide et résiliente.

Le CBDC est en préparation depuis cinq ans

Un dirigeant de la PBC déclare : « afin d’améliorer l’accessibilité [de la monnaie] et de la faire accepter du grand public, une structure opérationnelle à deux niveaux sera adoptée ». La People’s Bank of China supervisera les opérations, tandis que des banques commerciales chinoises se chargeront de faire accepter la monnaie.

Personne ne sait encore quand cette monnaie virtuelle sera déployée. Mais Pékin aimerait probablement l’utiliser (ou plutôt la faire utiliser) le plus vite possible. Le CBDC permettra au parti communiste de mieux contrôler les échanges financiers et de limiter la spéculation.