Accueil » Actualité » La Commission européenne s’attaque aux services de vidéo et de musique en ligne

La Commission européenne s’attaque aux services de vidéo et de musique en ligne

Image 1 : La Commission européenne s'attaque aux services de vidéo et de musique en ligne

Jusqu’à présent, quand on loue un film ou de la musique en ligne, c’est un peu la fête du slip entre chaque service : chacun y va de ses petites règles de visionnage, rendant parfois le service en question inaccessible depuis l’étranger, alors qu’un utilisateur s’est bien acquitté de la somme due. La Commission européenne s’attaque au sujet afin de réguler tout ce petit monde.

La fiche que vient de mettre en ligne la CE devrait à termes apporter une bouffée d’air frais à celles et ceux qui souhaitent regarder un programme VOD quand ils sont en voyage à l’étrange. La CE constate en effet qu’un utilisateur ne peut pas toujours visionné un programme depuis l’étranger, programme qu’il a pourtant légalement acquis. C’est le cas notamment de celles et ceux qui utilisent les services de HBO dans les pays nordiques : en déplacement en Italie, ils font les frais d’un message leur indiquant que le service n’est accessible que depuis la Suède, la Norvège, le Danemark ou la Finlande.
>> Netflix, CanalPlay, OCS, Amazon : quel est le meilleur service pour les films et les séries ?

Même cas de figure lorsqu’un consommateur français de MyTF1 (section VOD) souhaite louer un nouveau film depuis le Royaume-Uni. Il ne peut tout simplement pas le faire. Ou lorsqu’un Belge tente de streamer un film sur Universciné : il lui faut impérativement télécharger l’intégralité de son programme avant de quitter son pays.

La CE met donc les pieds dans le plat : son objectif est de permettre à chaque utilisateur de pouvoir profiter d’un service depuis n’importe quel pays de l’Union européenne. La commission souhaite également porter ses nouvelles mesures aux services diffusant du sport. Et elle précise bien que chaque diffuseur ne pourra pas imposer ses propres règles.

Enfin, si la mesure de la CE s’attaque principalement au marché de la vidéo, la commission souhaite également élargir son champ d’action aux e-books et à la musique en ligne, même si les restrictions sont moindres dans ce domaine de la part des services en ligne.