Accueil » Actualité » Ouya : la console Android tire sa révérence une bonne fois pour toutes

Ouya : la console Android tire sa révérence une bonne fois pour toutes

Image 1 : Ouya : la console Android tire sa révérence une bonne fois pour toutes

On la croyait morte et enterrée depuis longtemps, mais elle vivait encore. A son lancement, les créateurs de la Ouya espéraient changer le monde des jeux vidéo. Des performances loin des promesses a ruiné leur espoir. Razer, qui a racheté Ouya en 2015, a finalement jeté l’éponge. L’entreprise va arrêter la prise en charge de la console.

Les propriétaires de la console ont jusqu’au 25 juin pour télécharger le maximum de titres. Après cette date, la compagnie américaine désactivera les comptes utilisateurs et supprimera les éléments en ligne de son service. Seuls les jeux présents sur l’appareil seront toujours accessibles.

Ouya : un essai non transformé

Les développeurs du projet avaient annoncé une console abordable et facile à développer. Propulsé par Android, le dispositif avait énormément séduit les fans de jeux vidéo. Le projet avait été financé après seulement 8 heures de présence sur la plateforme Kickstarter. Au final, la Ouya aura récolté 8.5 millions de dollars. Malheureusement, le produit final n’aura jamais été à la hauteur des espérances.

La console souffre en effet d’un manque de performance, les parties devenant ainsi pénibles. Si le contrôleur n’est pas dénué de qualités, il est assez difficile à utiliser à la longue.

Mais c’est surtout du côté  des développeurs qu’il faut chercher la cause de l’infortune de la Ouya : ceux-ci ne se sont pas rués sur le projet, même une fois concrétisé et commercialisé. Les titres réellement intéressants se comptent sur les doigts de la main. Les créateurs ont alors vendu leur bébé à Razer en 2015. Celle-ci a transféré le service sur Forge TV après l’arrêt des ventes de consoles. Et comme Razer ne supportera plus Forge TV, Ouya s’arrête donc avec le service. Bye bye petite console cubique, nous aussi, nous avions cru en toi (il y en a toujours une à la rédaction).

>>> Lire aussi : Le pire des pires des flops high-tech