Accueil » Dossier » La fabuleuse histoire de la 4e licence 3G

La fabuleuse histoire de la 4e licence 3G

1 : 10 ans de rebondissements 3 : 1er décembre 2005 : Amende record 4 : 5 octobre 2006 : L'idée d'une 4e licence 5 : 31 juillet 2007 : Free se place 6 : 9 octobre 2007 : Licence refusée à Iliad 7 : 28 novembre 2007 : Rabais sur la licence 8 : 30 avril 2008 : Free toujours candidat 9 : 18 octobre 2008 : Les nouvelles conditions 10 : 12 janvier 2009 : Une licence découpée 11 : 30 juin 2009 : La date fatidique

7 septembre 2001 : Coup d’envoi

Image 1 : La fabuleuse histoire de la 4e licence 3G

L’Autorité de Régulation des Télécommunications (ART) attribue les licences UMTS (Universal Mobile Telecommunications System) aux opérateurs Orange et SFR. Si un troisième opérateur s’est montré un temps intéressé, l’alliance entre Suez Lyonnaise et Telefonica Moviles, intitulée ST3G, ne verra jamais le jour.

Pour la petite histoire, le troisième opérateur Bouygues Telecom fera le pari – perdu – de la technologie EDGE (Enhanced Data Rate for GSM Evolution), sensiblement identique, mais ne permettant pas la visiophonie. Finalement, l’autorisation de Bouygues Telecom à exploiter la troisième licence UMTS n’interviendra qu’un an plus tard, le 12 décembre 2002. Déjà, ces trois opérateurs sont soumis à des plans d’expansions très stricts, qui les oblige à couvrir un certain pourcentage de la population dans un temps imparti.

Sommaire :

  1. 10 ans de rebondissements
  2. 7 septembre 2001 : Coup d'envoi
  3. 1er décembre 2005 : Amende record
  4. 5 octobre 2006 : L'idée d'une 4e licence
  5. 31 juillet 2007 : Free se place
  6. 9 octobre 2007 : Licence refusée à Iliad
  7. 28 novembre 2007 : Rabais sur la licence
  8. 30 avril 2008 : Free toujours candidat
  9. 18 octobre 2008 : Les nouvelles conditions
  10. 12 janvier 2009 : Une licence découpée
  11. 30 juin 2009 : La date fatidique