Accueil » Actualité » La fusion de deux étoiles serait à l’origine des plus gros aimants de l’univers

La fusion de deux étoiles serait à l’origine des plus gros aimants de l’univers

Une équipe d’astrophysiciens germano-britanniques a probablement répondu à la question de la formation des magnétars, les corps célestes possédant les champs magnétiques les plus intenses de l’univers.

En utilisant de lourdes simulations informatiques, des scientifiques de l’université de Heidelberg, de la société Max Planck, de l’institut d’études théoriques de Heidelberg et de l’université d’Oxford ont démontré que les magnétars pouvaient avoir comme origine la fusion de deux étoiles.

Image 1 : La fusion de deux étoiles serait à l'origine des plus gros aimants de l'univers

Un magnétar peut résulter de la rencontre de deux étoiles massives

IL y a une dizaine d’années, de précédentes recherches suggéraient que de puissants champs magnétiques se produisent lorsque deux étoiles entrent en collision. Mais les outils et la puissance informatique nécessaire pour valider cette théorie n’était alors pas encore disponible.

C’est désormais le cas : les chercheurs ont utilisé AREPO, un algorithme dynamique de simulation cosmologique s’adaptant en continu au gré de l’évolution des structures créées. Ils ont en outre utilisé la puissance de calcul de l’Institut d’études théoriques de Heidelberg (HITS) pour expliquer les propriétés de Tau Scorpii (τ Sco), un magnétar en devenir situé à 500 années lumières.

Des Supernovae se font prendre en photo dans la nébuleuse d’Orion

En utilisant ces simulations informatiques, l’équipe d’astrophysiciens a démontré qu’un intense champ magnétique peut être créé à partir des fortes turbulences apparaissant lors de la fusion de deux étoiles. Lorsque l’étoile résultante explose ensuite en supernovæ, elle est susceptible de former un magnétar, c’est à dire une étoile à neutrons disposant d’un champ magnétique extrêmement intense

La plus grosse étoile à neutrons découverte à ce jour mesure 30 km

De telles fusions stellaires sont relativement fréquentes : on estime à environ 10% le nombre d’étoiles massives de la Voie Lactée à être le résultat d’une telle rencontre. C’est justement à peu de choses près le nombre de étoile de plus de 1,5 fois celle du Soleil possédant de tels champs magnétiques puissants, 100 millions de fois plus puissants que n’importe quel champ magnétique créé par l’homme.