Accueil » Actualité » La NASA photographie un système de filaments de plasma à la surface du Soleil

La NASA photographie un système de filaments de plasma à la surface du Soleil

Les images haute définition du télescope spatial Hi-C de la NASA révèlent la présence de fils magnétiques de plasma à très haute température à la surface du soleil. Un phénomène dont les origines restent mystérieuses pour les chercheurs, mais qui pourrait jouer un rôle dans les éruptions solaires.

La NASA vient d’obtenir des images inédites de la couche extérieure de notre étoile grâce au télescope spatial High Resolution Coronal Imager (Hi-C, ou Imageur coronal haute résolution). Comme son nom l’indique, l’engin est dédié à l’étude du Soleil à l’aide d’images en très hautes résolutions. Les plus précises dont on dispose actuellement puisqu’elles permettent d’observer des structures de son atmosphère de seulement 70 km à partir de l’orbite terrestre. Un engin unique en son genre qui a la particularité de n’effectuer qu’un vol suborbital de quelques minutes à chaque lancement.

Image 1 : La NASA photographie un système de filaments de plasma à la surface du Soleil
Crédit : University of Central Lancashire

Ces nouvelles images de la couche extérieure du Soleil ont révélé la présence de fils magnétiques de plasma à très haute température, plusieurs millions de degrés Kelvin. Ils s’organisent pour former des structures d’environ 500 km qui ressemblent aux lignes de champs magnétiques d’un aimant bipolaire. Une observation rendue possible grâce à l’extraordinaire définition du télescope spatial. Jusqu’à présent ces zones en résolution standard semblaient sombres ou presque vides.

Pour étudier le vent solaire, des scientifiques créent un mini soleil

Image 3 : La NASA photographie un système de filaments de plasma à la surface du Soleil

LEGO (60227) La station spatiale lunaire

40,99€ > Amazon

Un phénomène magnétique inexpliqué à la surface du soleil

Les chercheurs de l’Université du Central Lancashire et du Marshall Space Flight Centre de la NASA travaillent actuellement sur les nouveaux clichés. Bien que les mécanismes physiques à l’origine de ces brins de plasma restent obscurs, les scientifiques estiment que leur compréhension apportera un nouveau regard sur l’atmosphère et les éruptions solaires. Pour y parvenir, l’équipe de chercheurs compte sur un futur lancement de Hi-C, et sur les données de la sonde « Parker Solar Probe » à son prochain passage à proximité du soleil. Des observations qui pourront sans doute être complétées par la sonde « Solar Orbiter » actuellement en route vers le soleil.

Photo unique de notre Soleil avec le plus gros télescope du monde

Source : University of Central Lancashire