Accueil » Actualité » La police américaine a discrètement testé un robot chien

La police américaine a discrètement testé un robot chien

Sans en faire la promotion dans les médias, la police de l’Etat du Massachusetts aux États-Unis a commencé à utiliser le robot « chien » de Boston Dynamics sur le terrain à des fins de surveillance à distance.

Le travail réalisé par Boston Dynamics impressionne grâce à ses robots très avancés, capables de se déplacer sur n’importe quel type de terrain, particulièrement son robot à quatre pattes Spot affectueusement appelé le robot-chien. Toutefois, si on savait qu’il était en vente, on ignorait jusqu’à maintenant que celui-ci avait une application concrète sur le terrain : aider la police américaine.

Image 1 : La police américaine a discrètement testé un robot chien

Dans un document obtenu par la station de radio WBUR et l’ACLU, l’union pour la liberté civile américaine, nous apprenons que la brigade de déminage de la police de l’État du Massachusetts a loué un robot Spot entre août et novembre. Le type de mission n’est pas précisé, mais parle simplement d’opérations de « surveillance mobile à distance », ce robot étant par exemple capable d’ouvrir des portes.

En plus des sessions d’entrainement, Spot a été utilisé par deux fois sur le terrain. Il n’est pas précisé si le chien robot était autonome ou radiopiloté, mais la police a bien précisé ne pas avoir modifié le logiciel ou le matériel. La licence d’utilisation de Spot interdit de l’utiliser pour « blesser ou intimider des gens ». Boston Dynamics, qui a un temps appartenu à Alphabet, la maison-mère de Google, utilise d’ailleurs cette clause pour expliquer pourquoi ses robots sont loués plutôt que vendus, le constructeur pouvant ainsi mettre fin au contrat s’il constate une utilisation non autorisée.

L’union pour les libertés civiles dénonce un manque d’encadrement et de transparence dans l’utilisation des robots par les forces de police. Elle revient plus particulièrement sur le cas du robot qui avait apporté une bombe afin de tuer un tireur en 2016 à Dallas. Plus que les robots-chiens, c’est particulièrement l’armement des drones qui inquiètent, tout comme, dans un autre registre, leur rébellion comme dans cette vidéo parodique de Corridor Digital.

Source : Engadget