Accueil » Actualité » La première voiture de course volante au monde effectue un vol historique

La première voiture de course volante au monde effectue un vol historique

La course aérienne électrique vient de faire un grand pas en avant. Airspeeder annonce que sa voiture de course électrique « volante », l’Alauda Mk3, a effectué ses premiers vols d’essai sans pilote dans le sud de l’Australie.

L’entreprise australienne promet au monde une voiture de course volante qui sera aussi performante sur les circuits de course que dans les airs, et nous en savons déjà un peu plus à son sujet.

AirSpeeder Mk3 - AirSpeeder
AirSpeeder Mk3 – Crédit : AirSpeeder

L’engin, un multicoptère à décollage vertical électrique (abrégé eVTOL pour electric vertical take off and landing) a été télécommandé et les vols d’essai se sont déroulés sous la supervision de l’autorité australienne de sécurité de l’aviation civile.

Il ne ressemble ni à l’Urban Aero CityHawk, qui vise à devenir un taxi volant alimenté à l’hydrogène, ni au concept de taxis volants électriques dans lequel Toyota investit massivement. On peut le comparer à la voiture fusée électrique qui a battu un record de vitesse dans le désert de sel de Bonneville, sauf que l’Alauda Mk3 peut voler.

L’Alauda Mk3 ne peut pas voler très longtemps

Le Mk3 est un octocoptère doté de quatre bras partant du fuselage en fibre de carbone, chacun avec une paire de rotors. L’engin dispose d’une puissance totale de 320 kW. Pesant à peine 130 kg, le Mk3 peut se déplacer à des vitesses allant jusqu’à 200 km/h à des altitudes pouvant atteindre 500 mètres.

Chaque Mk3 peut transporter une charge utile de 80 kg, ce qui le rend parfait pour les courses avec équipage. Comme sur la plupart des voitures volantes, l’autonomie n’est pas encore exceptionnelle. En effet l’hélicoptère ne peut voler que 15 minutes en mode « combat » complet, mais les pilotes pourront changer de batterie en seulement 20 secondes lors des arrêts aux stands le long de la piste. On espère que les prochaines itérations de cet appareil verront leur autonomie augmenter.

Le vol d’essai ouvre la voie à une série de trois courses EXA sans équipage, qui débutera plus tard en 2021 et mettra en scène jusqu’à quatre équipes de deux pilotes chacune. Les données recueillies lors de ces compétitions, y compris les avatars robotiques factices dans les cockpits, devraient idéalement conduire à des courses directement pilotées par des humains en 2022.

Source : Digital Trends