Accueil » Actualité » La reconnaissance faciale au service de la médecine

La reconnaissance faciale au service de la médecine

Image 1 : La reconnaissance faciale au service de la médecine

La reconnaissance faciale connaît de nombreuses applications. Les aéroports, les réseaux sociaux et les smartphones implémentent cette technologie. Pour l’Institut de Recherches National de Génome Humain américain (NHGRI), elle permettra surtout de diagnostiquer une maladie génétique rare appelée syndrome de DiGeorge. Car en plus d’une cardiopathie et d’un déficit immunitaire, le syndrome associe également une dysmorphie faciale parmi d’autres anomalies.

Afin de mettre au point le système, l’équipe du NHGRI s’est basée sur 100 photographies de patients qui viennent d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, des pays où le diagnostic de la maladie est particulièrement difficile. Le généticien du NHGRI Paul Kruszka explique : « Les syndromes de malformation humaine contrastent dans différentes parties du monde. Même les cliniciens expérimentés ont du mal à diagnostiquer les syndromes génétiques chez les populations non européennes ».

Le résultat semble concluant avec une efficacité de 96,9% pendant le test. À terme, les médecins du monde entier n’auront qu’à prendre une photo et utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour diagnostiquer cette maladie génétique provoquée par la suppression d’une partie du chromosome 22.

>>> Lire aussi Avec l’iPhone 8, Apple se mettrait à la reconnaissance faciale