Accueil » Actualité » La Russie admet avoir procédé à un essai de missile antisatellite

La Russie admet avoir procédé à un essai de missile antisatellite

La Russie a reconnu avoir détruit l’un de ses satellites lors d’un essai. Cependant, le pays rejette les accusations américaines selon lesquelles ce tir aurait mis en danger la Station spatiale internationale et ses occupants.

Mardi, le ministère russe de la défense a déclaré avoir mené avec succès un test balistique à la suite duquel le satellite ‘Tselina-D’, qui était en orbite depuis 1982, a été détruit. Plusieurs responsables américains ont accusé Moscou de « comportement dangereux et irresponsable« . D’après eux, cet essai d’armes antisatellites a menacé la vie des sept astronautes à bord de l’ISS. En effet, la NASA estime que le champ de débris causé par l’explosion menace de croiser l’orbite de la station spatiale internationale.

Image 1 : La Russie admet avoir procédé à un essai de missile antisatellite
Tir de fusée Soyouz – Crédit : wikimedia

Les astronautes à bord de l’ISS ont alors reçu un message inquiétant de la part du contrôleur de mission. « Nous sommes à une minute et demie du prochain passage du champ de débris […] Cet épisode va durer quatre minutes », a-t-il annoncé aux occupants. Par la suite, les astronautes – quatre Américains, un Allemand et deux Russes – ont reçu l’ordre de se réfugier immédiatement dans leurs capsules d’évacuation. Le contrôleur leur a même suggéré d’enfiler leurs combinaisons pressurisées. « Nous vous recommandons d’enfiler vos combinaisons à votre discrétion, c’est vous qui décidez… »  a-t-il ajouté.

Essai de missile antisatellite russe : l’Europe condamne

L’armée russe a déclaré qu’elle menait des activités planifiées pour renforcer ses capacités de défense, mais a nié la dangerosité du test. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, nie ainsi le fait que Moscou ait mis en danger l’ISS. Celui-ci déclare qu’il est « hypocrite » de prétendre que la Russie ait créé des risques pour les activités spatiales internationales. Le chef de l’agence spatiale russe Roscosmos, Dmitri Rogozine, a déclaré avoir eu un entretien téléphonique « détaillé » avec le chef de la Nasa, Bill Nelson.

La France a condamné l’essai, le qualifiant dans un communiqué de « déstabilisant, irresponsable et susceptible d’avoir des conséquences pour une très longue période dans l’environnement spatial et pour tous les acteurs de l’espace ». Le gouvernement allemand quant à lui s’est dit « très préoccupé » et a appelé à établir de nouvelles règles limitant certaines manœuvres spatiales. Plus tôt cette année, un module russe a dévié par accident la trajectoire de l’ISS. Quelques mois plus tard, un nouvel incident de type fut signalé, impliquant là aussi du matériel russe.

Source : theguardian