Accueil » Actualité » La Russie lance un nouveau module vers l’ISS

La Russie lance un nouveau module vers l’ISS

Un nouveau module russe, nommé Prichal, est en route vers la Station spatiale internationale. Celui-ci atteindra l’ISS vendredi 26 novembre au matin, si tout se passe comme prévu.

Une fusée russe Soyouz a décollé du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, mercredi 24 novembre. Au sommet de celle-ci, se trouvait un vaisseau cargo Progress modifié, accompagné d’un nouveau module de fabrication russe, le Prichal. Ce dernier devrait s’amarrer à la station spatiale internationale demain matin (26 novembre) à 14 h 26 heure française.

ISS - Crédit : Wikimedia
ISS – Crédit : Wikimedia

Si tout se passe comme prévu, Prichal s’amarrera de manière autonome au nouveau module polyvalent russe. Ce dernier, nommé Nauka, a connu un accident plus tôt cette année. En allumant par erreur ses propulseurs, il a poussé la station spatiale internationale hors de son orbite. Les contrôleurs au sol ont cependant pu rectifier la trajectoire de l’ISS. Quelques mois plus tard, un second incident causé par un vaisseau Soyouz amarré à la station a provoqué une inclinaison anormale de celle-ci. Encore une fois, les techniciens ont pu rectifier cette erreur.

Prichal : le module survivra à la fin de l’ISS, et fera partie d’une nouvelle station

Le module Prichal signifie « quai » en russe. Celui-ci, d’une masse à vide de 4 tonnes a un volume interne d’environ 14 mètres cubes. À titre de comparaison, les capsules de fret et d’équipage Dragon de SpaceX ont un volume de 9,3 mètres cubes. Prichal est équipé de six ports d’amarrage, dont l’un d’eux sera amarré au Nauka. Les cinq autres seront disponibles pour les vaisseaux spatiaux de passage, contribuant ainsi à étendre les capacités techniques et opérationnelles de l’ISS.

Prichal sera le deuxième module russe à arriver à la station en moins de quatre mois. Nauka a quant à lui rejoint l’ISS en juillet dernier. Mais le module Prichal ne devrait pas rester longtemps un simple module additionnel de l’ISS, car celui-ci a d’autres ambitions. En effet, la station devrait être désorbitée d’ici à 2030. Après séparation du segment russe du segment américain programmé à terme, le module devait constituer le nœud d’amarrage d’une nouvelle station spatiale.

Source : space.com