Accueil » Actualité » La Russie veut aussi sa loi contre les fake news

La Russie veut aussi sa loi contre les fake news

Image 1 : La Russie veut aussi sa loi contre les fake news

Selon les informations relayées par le New York Times, la Russie envisage une nouvelle loi qui permettrait au gouvernement de punir les sites Web et les réseaux sociaux pour les messages d’utilisateurs jugés « inexacts ». Si elle est adoptée, les sites Web ayant plus de 100 000 visiteurs par jour, publiant les commentaires des internautes, seront obligés de supprimer les fausses informations dans un délai de 24 heures. S’ils ne le font pas, ils encourent une amende pouvant atteindre les 650 000 euros.

La Russie étoffe son arsenal juridique

Plusieurs lois limitant ce que les utilisateurs de médias sociaux sont autorisés à écrire sont actuellement étudiées par la Douma, la chambre basse du parlement russe. Le projet de loi suscite des inquiétudes relatives à la censure. Artem Kozlyuk, fondateur du site Roskomsvoboda, a exprimé son avis au New York Times. Pour lui, la réglementation est présentée comme un moyen de renforcer la sécurité publique et enrayer la désinformation néfaste. Pourtant, le résultat final est « l’expansion des pouvoirs du gouvernement et la censure« .

La lutte contre les fake news constitue une tendance globale. Plus tôt cette année, la Malaisie a adopté une loi qui criminalise la diffusion de fausses nouvelles, tandis que le parlement égyptien a récemment approuvé une loi considérant les blogs et les réseaux sociaux comme des médias  à part entière. Ironie du sort, lorsque l’on évoque les fake news en général, la Russie est le premier pays pointé du doigt. En de nombreuses fausses informations ayant circulé avant le vote sur le Brexit et les élections américaines avaient la Russie pour origine.

>>> Facebook teste une nouvelle méthode pour lutter contre les fake news