Accueil » Actualité » L’agence spatiale européenne veut une fusée Ariane réutilisable comme celle de SpaceX

L’agence spatiale européenne veut une fusée Ariane réutilisable comme celle de SpaceX

Devant les progrès indéniables de la fusée Falcon 9 partiellement réutilisable de SpaceX, l’Agence Spatiale Européenne vient de décider de lancer un projet similaire, Prometheus qui remplacera le moteur Vulcain d’Ariane.

Image 1 : L’agence spatiale européenne veut une fusée Ariane réutilisable comme celle de SpaceX
Crédits : CNES

Alors qu’Elon Musk avait annoncé pouvoir diviser par 10 le coût de lancement d’un satellite en orbite, les spécialistes avaient ri de lui, voyant des chiffres bien trop optimistes. Pourtant moins de 20 ans plus tard, force est de constater que Falcon 9 offre des prix plus qu’intéressants, grâce à la réutilisation de ses composants, qui ne cessent s’inquiéter ses concurrents.

L’impression 3D pour fabriquer le futur moteur d’Ariane

Le prix de base actuel d’un lancement de Falcon 9 est de 62 millions de dollars. À compter de 2021, il sera réduit à 56 millions. Le prix d’un lancement de 2 satellites par Ariane 5 est d’environ 175 millions de dollars. Ariane Espace a donc cherché à réagir en travailant sur une 6e version de sa fusée, prévue pour réduire le coût de 40 %, permettant ainsi de s’aligner avec SpaceX. Le 1er décollage devrait avoir lieu avant la fin de l’année.

Aujourd’hui, après une première série de tests couronnés de succès, l’agence spatiale européenne (ESA) a annoncé lancer pleinement le développement de Prometheus. Acronyme de Precursor Reusable Oxygen METHan cost Effective Engine, il est le moteur qui propulsera les futures Ariane. Permettant d’être réutilisé, ce moteur est vu par l’agence comme « élément clef dans l’effort pour préparer la compétitivité de l’Europe dans le domaine spatial ».

Le moteur fait appel, comme pour le réacteur nucléaire du laboratoire d’Oak Ridge à l’impression 3D pour 70 % de ses pièces, notamment les plus complexes. Grâce à elle Ariane Group envisage une réduction importante du poids et un coût de production divisé par 10. Fonctionnant avec un mélange oxygène-méthane liquide, Prometheus devrait être prêt pour ses premiers essais grandeur nature en début d’année prochaine avec un déploiement à grande échelle à l’horizon 2030.

Source : ESA