Accueil » Actualité » Le bruit sismique lié à l’activité humaine a diminué de 50 % pendant le confinement

Le bruit sismique lié à l’activité humaine a diminué de 50 % pendant le confinement

La pandémie de Covid-19 a plongé le monde entier dans le confinement entre le mois de mars et le mois de mai. Selon une nouvelle étude, le bruit sismique lié à l’activité humaine a diminué de 50 % pendant cette période.

Les sismographes ne sont pas utilisés par les scientifiques que pour surveiller les tremblements de terre. Ils servent également à enregistrer ce qu’on appelle le bruit sismique. Il s’agit de vibrations du sol issues de causes naturelles et de causes humaines.

Image 1 : Le bruit sismique lié à l’activité humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Crédit : Tumisu / Pixabay

Une nouvelle étude menée par des sismologues du monde entier, dont des scientifiques français, a étudié l’évolution du bruit sismique ces derniers mois. Ils se sont rendu compte que le bruit sismique a baissé de 50 % entre le mois de mars et le mois de mai 2020. Cette période correspond au confinement global induit par la pandémie de Covid-19. Elle n’a pas seulement modifié le bruit sismique, mais également l’environnement. La qualité de l’eau et de l’air s’est améliorée tandis que certains animaux sauvages ont profité de la réduction de l’activité humaine.

La « quiétude » sismique la plus longue jamais enregistrée

Les données de 300 stations sismiques disséminées à travers le monde ont été relevées et analysées pour en arriver à cette conclusion. Les mesures de distanciation sociale, la mise en pause de la majorité des industries, les restrictions sur les voyages, la baisse du tourisme sont tout autant de facteurs qui ont contribué à la réduction de l’activité humaine à la surface de la Terre.

Les chercheurs ont expliqué que : « nous avons constaté une réduction quasiment globale du bruit sismique, commençant en Chine fin janvier 2020, puis en Europe et dans le reste du monde de mars à avril 2020. Le niveau de bruit sismique que nous avons observé pendant le confinement a duré plus longtemps et était souvent plus silencieux que la période entre Noël et le Nouvel An ». On parle alors de « quiétude » sismique.

Une nouvelle notion est apparue : l’anthropause

Un nouveau terme a été établi par les scientifiques pour définir cette quiétude sismique et la baisse de l’activité humaine en général. Il s’agit de « l’anthropause ». Le Dr. Stephen P. Hicks de l’Imperial College London a déclaré que c’est « la première étude mondiale de l’impact de l’anthropause du coronavirus sur la surface de la Terre sous nos pieds ».

En plus d’être responsable d’une quiétude sismique, le confinement a changé la vie quotidienne. Par exemple, Netflix a gagné des millions d’abonnés en seulement quelques mois. Même nos animaux de compagnie se sont sentis plus heureux pendant cette période. En conclusion, ces nouvelles données nous permettent de mieux nous rendre compte de l’impact de l’activité humaine sur la Terre.

Source : ScienceDaily