Accueil » Actualité » Beidou, le concurrent chinois du GPS, sera opérationnel mi-2020

Beidou, le concurrent chinois du GPS, sera opérationnel mi-2020

Le système de navigation par satellites chinois BeiDou vient de voir son noyau terminé et seuls deux derniers satellites restaient à être lancés rendant ce concurrent du GPS américain fonctionnel mi-2020.

Image 1 : Beidou, le concurrent chinois du GPS, sera opérationnel mi-2020

Le projet BeiDou lancé en 2000 n’est plus qu’à quelques mois de rendre le système de navigation chinois commercialement opérationnel avec une couverture mondiale.

Avec ses deux derniers satellites prévu pour le premier semestre, Beidou sera fonctionnel

Le responsable du projet, Ren Chengqi, vient d’annoncer que les deux satellites BeiDou-3 M19 et M20 avaient été lancés avec succès le 16 décembre et que seuls 2 restaient à être mis en orbite géostationnaire « avant juin 2020 » complétant ainsi la troisième et dernière phase du système de navigation par satellite chinois. Cela signifie donc que BeiDou sera capable à compter de cette date de fournir une position précise à n’importe quel équipement compatible partout dans le monde. A condition qu’ils aient pris en compte le déplacement du pôle nord.

À l’image du GPS américain qui continue son déploiement avec SpaceX, du Galileo européen, du NAVIC indien et du GLONASS russe, le but de BeiDou est de fournir une solution de positionnement par satellite qui ne soit pas dépendant d’un autre état en cas de conflit armé, chaque pays pouvant à tout instant réserver l’accès à des usages militaires. C’est donc dès les années 80 que le projet BeiDou a été pensé, avec un premier lancement pour une solution expérimentale en 2000. Elle a été suivie par une première phase permettant de couvrir le territoire chinois puis une phase 2 couvrant l’Asie.

Cette phase 3 est donc la phase finale de couverture mondiale. Grâce aux phases précédentes, d’après Nikkei, 70 % des smartphones chinois sont déjà compatibles avec BeiDou. Ce système devrait être utilisé en symbiose avec la 5G, technologie que les fabricants chinois maîtrisent parfaitement , dont Huawei qui dispose maintenant de kits sans composant américain. Toutes deux pourront donner des informations aidant la conduite autonome des véhicules, segment sur lequel on peut prévoir un boom des entreprises chinoises dans les années à venir, avec en tête de proue Xpeng comme concurrent à Tesla.

Source : Engadget