Accueil » Actualité » Le FBI a utilisé Face ID sur un suspect pour débloquer son iPhone X

Le FBI a utilisé Face ID sur un suspect pour débloquer son iPhone X

Image 1 : Le FBI a utilisé Face ID sur un suspect pour débloquer son iPhone X

En août, le FBI a fait une descente au domicile de Grant Michalski, un individu suspecté d’avoir envoyé ou reçu des images à caractères pédopornographiques. Grâce à leur mandat de perquisition, les membres de l’équipe d’intervention ont pu fouiller l’ordinateur du suspect. Les agents ont également trouvé son iPhone X. Ils lui ont demandé de le déverrouiller avec Face ID, il a accepté. Ils ont ensuite placé le smartphone en mode avion, ils ont pu examiner les fichiers et les dossiers.

Malgré la collaboration du suspect, le FBI n’a pas pu effectuer une investigation en profondeur, il était bloqué car, il ne connaissait pas le mot de passe du propriétaire. Les agents ont alors demandé un deuxième mandat qui leur donne le droit d’effectuer une recherche plus approfondie. Mais le recours a Face ID est exceptionnel et il a été rendu possible par la coopération du suspect. Néanmoins, des documents de l’enquête montrent que la police de Columbus et le bureau des enquêtes criminelles de l’Ohio possèdent des dispositifs qui leur permettraient de contourner le code d’un téléphone

Le débat reste ouvert

Quand Apple a lancé Face ID avec l’iPhone X, cela a soulevé une question juridique intéressante : peut-on obliger un suspect à déverrouiller son téléphone en le regardant ? Les tribunaux ont statué qu’il y a une différence entre un système de reconnaissance faciale, un lecteur d’empreintes digitales et un mot de passe. Grant Michalski n’a opposé aucune résistance, mais ce ne sera pas toujours le cas. 

>>> Ça se confirme : un iPad avec Face ID avant la fin de l’année