Accueil » Actualité » Le fondateur de Mandrake Linux renvoyé

Le fondateur de Mandrake Linux renvoyé

En 1998, Gaël Duval se donnait à fond dans sa passion, le logiciel libre. C’est cette année-là que ce jeune français crée sa propre distribution Linux en s’inspirant de Red Hat, une distribution Linux très répandue à l’époque. Il oriente sa distribution vers la simplicité d’utilisation, en faisant une référence pour les débutants et la nomme Mandrake Linux. Plus tard, il participera à la fondation de l’entreprise MandrakeSoft, qui deviendra en 2005 Mandriva. Il a donc largement participé au développement de Mandriva et de Mandrake, puisqu’il a créé cette distribution. Malheureusement, le sort a voulu qu’il quitte l’aventure prématurément contre son gré…

L’aventure Mandriva continuera, mais sans Gaël Duval, pourtant fondateur de la distribution qui a lancé le projet. Gaël Duval s’est en effet vu limogé de la société Mandriva dans le cadre d’un plan de licenciement économique. Mais pour le fondateur de Mandrake, les relations avec son Directeur Général ne sont pas vraiment étrangères à cette histoire :

“Viré. Eh oui, viré, simplement viré de Mandriva, dans le cadre du plan de licenciement économique en cours. Plus de 7 années après que j’ai créé Linux-Mandrake, puis Mandrakesoft, le patron actuel de Mandriva me « remercie » et je pars la gorge serrée avec mes deux mois d’indemnités de licenciement et mes congés payés pour toute indemnité. C’est un état psychologique difficile à vivre d’essayer d’accepter qu’en 1998 j’ai créé mon emploi et une société qui donne du travail à des dizaines d’employés, et qu’un après-midi de février 2006, le boss de cette société m’appelle pour m’annoncer que je m’en vais. (…) Évidemment, avec le recul, j’aurai du m’attendre à mon éviction puisque mon changement de statut dans la société il y a quelques mois pour m’occuper de la communauté à plein temps tombait – rétroactivement – à pic pour que je me fasse éjecter en vol à la première occasion. Les raisons ? Sans rentrer trop dans les détails, mes relations avec mon DG – très prochainement P.D.G. – n’ont jamais été extraordinaires et ne sont donc sans doute pas étrangères à cette situation.”

Gaël Duval reste cependant actionnaire de Mandriva, mais comme il le dit lui-même, “les tribunaux vont juger du préjudice que je subis et de la véritable justification de mon licenciement”

Voir le site de Gaël Duval

Source : TG daily