Accueil » Dossier » Le meilleur et le pire de l’IFA 2013

Le meilleur et le pire de l’IFA 2013

Image 1 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Retour sur l’IFA 2013

L’édition 2013 de l’IFA était fortement attendue, la faute à certains constructeurs dont les produits n’ont cessé de faire parler d’eux depuis le début de l’année. Parmi eux, Samsung avait donné rendez-vous à Berlin pour faire découvrir sa nouvelle phablette. Mais c’était surtout la montre connectée que chacune des personnes présentes durant la conférence attendait de pied ferme. Sony a aussi eu son lot de nouveautés, aux résultat parfois plus intéressants que l’on aurait pu imaginer. Mais comme souvent, les vraies bonnes surprises n’étaient par définition pas attendues, et les mauvaises non plus. Et cette année, faute de tendance marquée comme les précédentes éditions, l’IFA aura été l’occasion de rencontrer des produits surprenants, même si parfois décevants. Voici notre sélection.

Image 2 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Le coup de coeur : Sony QX10/100

Même si les objectifs pour smartphones de Sony avaient été découverts quelques semaines avant l’IFA, force est de reconnaitre qu’ils font vraiment forte impression une fois en main. Qu’il s’agisse du QX10 ou du QX100, l’objectif est suffisamment compact pour être transporté facilement. Son système de fixation aux téléphones aurait du mal à être plus simple : il s’accroche en moins de deux secondes. Quant à la connexion, elle peut se faire d’un coup de NFC pour faciliter encore plus le processus.

Seuls Android et iOS sont pour l’instant compatibles. Mais puisque les deux appareils sont connectés en WiFi, l’appareil photo peut être manié totalement indépendamment du téléphone, par une autre personne par exemple. Les possibilités sont alors décuplées, sans parler de la qualité des photos : c’est le jour et la nuit avec les capteurs intégrés aux smartphones.

Reste le prix. À 200 euros, le QX10 et son capteur 18,2 mégapixels affichent un bon rapport qualité/prix, avec un zoom optique x10. Attendons d’avoir le QX100 plus longuement entre les mains pour déterminer si les 450 euros demandés sont entièrement justifiés par les 20,2 mégapixels signés Carl Zeiss, malgré un zoom « seulement » x3,6.

Image 3 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

La déception : Samsung Galaxy Gear

Tout le monde en parlait depuis des semaines, la voilà enfin. Samsung a levé le voile sur sa montre connectée, la Galaxy Gear. Mais à trop attendre un produit, la déception a souvent tendance à pointer le bout de son nez. Reconnaissons que c’est un peu le cas ici. La Gear est remplie de bonnes idées, mais elle transpire surtout la précipitation et l’envie d’être la première sur le marché.

C’est ainsi que l’on découvre une montre au design finalement banal, certes couleur et tactile, mais sans fonctions révolutionnaires. Un capteur photo est intégré sur le bracelet, mais on se voit mal s’en servir au quotidien. Un micro est placé sur la boucle, mais encore une fois, qui se voit avec sa montre à l’oreille à tenir une discussion ?

Même les bonnes idées ne sont pas totalement exploitées. Placer un podomètre à bord de la Gear est une bonne idée pour remplacer les bracelets connectés. Mais pourquoi ne pas avoir mis un GPS pour pouvoir courir sans son smartphone ? Mais c’est surtout la limitation à deux seuls nouveaux appareils de la gamme Galaxy (Note 3 et Tab 10.1 édition 2014) qui finit de décevoir, alors qu’il s’avisait probablement du produit le plus attendu de cet IFA.

Image 4 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Le Ninja de l’IFA : Toshiba Camileo

Sortie de nul part, la caméra Camileo de Toshiba a fait forte impression lors de l’IFA. Quelques semaines après Garmin, la marque se lance à son tour dans les Action Cam, ces accessoires particulièrement prisés des amateurs de sports extrêmes. Sans atteindre les performances techniques de celle dont elle s’inspire, la GoPro Hero 3, la Camileo met en avant des arguments plus orientés vers le milieu de gamme.

La 4K n’est pas au programme, mais la vidéo en 1080p à 60 images par seconde devrait contenter la plupart des sportifs. Sa proximité esthétique avec la Hero ne réside pas seulement dans la caméra, mais également dans ses accessoires. Un boitier de protection également semblable à ce qui existe du côté de la marque américaine va permettre à l’appareil de descendre jusqu’à 60 mètres de profondeur et surtout de résister aux divers chocs que l’on peut lui infliger.

Mais c’est surtout son tarif qui devrait la rendre compétitive : 250 euros pour un équipement ultra complet, allant de l’écran intégré au WiFi, en passant par une télécommande à distance et diverses fixations.

Image 5 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Le produit déjà oublié : Panasonic Toughpad 4K UT-MB5

La 4K est le terme à la mode en ce moment. Le secteur des téléviseurs n’entend plus parler que de ça. Mais pour être réellement « Hype », il faut voir plus loin, plus exotique. Ça tombe bien, il y a Panasonic pour ça. Le constructeur a montré à l’occasion de l’IFA une tablette dite 4K, bien qu’étant Ultra HD (3840 x 2560) en réalité. Pour profiter d’une telle définition, 7 pouces seront bien insuffisants. Qu’à cela ne tienne : Panasonic nous en sert 20 !

Plus proche d’un écran d’ordinateur que d’une tablette avec un tel gabarit, la Toughpad ne brille alors même pas par sa finesse d’affichage, limitée à 231 pixels par pouce. Une Nexus 7 fait bien mieux avec 320 ppp. Mais alors, à quoi bon ? On se pose encore la question, du moins pour le grand public. Cette tablette s’adresse en réalité au milieu professionnel, tant par sa résistance hors norme (elle peut survivre à des chutes de 70 cm !) que par ses performances (processeur Intel Core i5 et SSD 256 Go) ou encore son poids (2,35 kg).

De toute façon, avant même de penser à ces détails, le tarif de 4509 euros hors taxes vous aura fait tourner la page.

Image 6 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Le grand absent : Qualcomm Toq

À défaut d’avoir été emballé par la Galaxy Gear de Samsung pendant l’IFA, Qualcomm aurait pu se donner la peine de contrebalancer cette déception en présentant sa vision de la montre connectée dans la même ville de Berlin. Mais non. Pour poser ses yeux dessus, il fallait traverser l’atlantique direction San Diego. Mais le voyage aurait valu le détour : La Toq se rapproche bien plus de nos attentes pour une smartwatch. Alors bien sûr, son nom n’est pas très engageant surtout dans notre langue, la proximité avec le mot « Toc » aidant. Mais nous lui pardonnons bien volontiers.

Pourquoi ? Par où commencer… Peut-être par son écran de type Mirasol. Cette technologie permet une basse consommation grâce à une exploitation de l’éclairage ambiant pour l’alimentation. Une technologie qui assure une autonomie bien supérieure aux tristes 25 heures de la Gear. Il se murmure que 5 jours d’utilisation sont tout à fait envisageables. La batterie, placée dans le bracelet, pourra se recharger sans fi, en déposant tout simplement le garde-temps sur une plate-forme dédiée.

Pour le reste, cette montre connectée pourra lire les SMS, répondre aux appels grâce à deux oreillettes Bluetooth stéréo, consulter son calendrier… Entre autres. Mais surtout, la Toq sera compatible avec toutes les versions d’Android à partir de la 4.0.3. Une ouverture qui colle plus à l’esprit Android, que la limitation de la Gear de Samsung à deux appareils de la gamme Galaxy, équipés de la dernière mouture du système d’exploitation.

Image 7 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

La confirmation : Galaxy Note 3

Samsung n’a pas généré d’émoi lorsqu’il a présenté la semaine dernière son Galaxy Note III. Attendu de pied ferme depuis quelques mois, il était prévu au programme de longue date. Cette troisième version de la phablet sud-coréenne est une mise à jour, plus qu’un nouveau smartphone.

Son écran grandit de 0,2 pouce pour atteindre 5,7 pouces. La définition aussi a pris du galon puisqu’on a désormais droit au 1920 x 1080 pixels. Le design du Galaxy Note 3 s’accorde avec celui du Galaxy S4 avec des bords droits et une finition en aluminium. Petite coquetterie, le Note 3 est le premier modèle Samsung à utiliser du cuir sur sa face arrière.

Sa configuration est basée sur un processeur quadcore cadencé à 2,3 GHz, un SnapDragon 800, 3 Go de RAM et 32 ou 64 Go de stockage. Samsung a également revu son interface. On assiste à l’apparition d’Air Command, un menu circulaire qui s’affiche lorsque le stylet est sorti de son emplacement. On y accède rapidement à des fonctionnalités utiles telles qu’Action Memo, un scrapbook ou encore la nouvelle version de S Note.

Image 8 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

Le Bling-bling : Samsung KE55S9C

Présenté en janvier dernier lors du CES de Las Vegas, le téléviseur Oled incurvé de Samsung est prêt à entrer sur le marché. Son constructeur a dévoilé son exemplaire final lors de l’IFA 2013, ainsi que son prix : 8000 euros pour un 55 pouces.

Nommé KE55S9C, il redonne vie aux yeux des spectateurs. Point d’Ultra HD pour le moment, mais sa définition en 1920 x 1080 pixels est transcendée par la qualité des couleurs et la profondeur du contraste de la dalle. 3D actif, il offre un rendu quasi parfait sans aucune image fantôme. En outre, Samsung implante dans le KE55S9C le multiview. Cette fonctionnalité présentée lors de l’IFA 2012 permet de regarder deux programmes différents en 2D ou 3D simultanément sur le même téléviseur.

Image 9 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

La bonne surprise : Acer Liquid S2

Acer bénéficie d’une faible image de marque chez les consommateurs. Longtemps considéré comme étant une marque low-cost, la firme taïwanaise tente depuis quelques mois de redorer son blason. Le Liquid S2 présenté à l’IFA entre dans cette stratégie. Phablet s’il en est, le S2 vient s’opposer au Galaxy Note III.

Sa configuration est approchante avec un écran IPS de 6 pouces (1920 x 1080 pixels), le même SnapDragon 800, 2 Go de RAM et 16 Go de stockage extensible via une microSD de 128 Go au maximum. Compatible 4G, le Liquid S2 se différencie par son capteur photo de 13 mégapixels capable de filmer en 4K, soit en 3840 x 2160 pixels. C’est le premier smartphone à offrir une telle fonctionnalité.

Ce n’est pas pour autant qu’Acer fera grimper la note. Disponible en octobre, il est annoncé à 549 euros hors abonnement.

Image 10 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

La bonne affaire : Toshiba L5

Toshiba propose de ne plus se saigner pour profiter d’un téléviseur à Led de grande diagonale. Le L5 est là pour ça. Décliné en 40 pouces (40L5333DG) et 50 pouces (50L5333DG), il est Edge Led et compatible 3D active. Sa dalle 100 Hz utilise la technologie AMR 200 pour améliorer la fluidité des scènes d’action.

Le design du L5 est épuré, en plastique. Non connecté, c’est un parti pris, il est équipé de deux entrées HDMI, un port VGA et un USB. La disponibilité de ce téléviseur reste inconnue. Ses prix par contre ont été avancés : 499 euros pour le 40 pouces et 799 euros pour le 50 pouces.

Image 11 : Le meilleur et le pire de l'IFA 2013

La révélation : Sony Vaio Tap 11

Oubliez la Surface Pro de Microsoft, Sony arrive avec une véritable bombe beaucoup plus fine. La Vaio Tap 11 est une tablette sous Windows 8 de 11,6 pouces. Elle offre un affichage en 1920 x 1080 pixels. Plusieurs configurations sont disponibles : du Pentium au Core iX, le tout étant de dernière génération Intel (Haswell). 4 Go de RAM et un HD4000 complètent la machine. Côté stockage, le client a le choix entre 128, 256 et 512 Go.

Reste le prix. Il débutera à 850 euros. Pour ce tarif, on aura droit à un Pentium et un SSD de 128 Go. La Vaio Tap 11 est couplée à un clavier en Bluetooth qui en fait un véritable PC.