Accueil » Actualité » Le premier vaccin contre le coronavirus sera testé sur l’Homme en septembre 2020

Le premier vaccin contre le coronavirus sera testé sur l’Homme en septembre 2020

Les tests du premier vaccin contre le COVID-19 pourraient commencer en septembre 2020. L’objectif des chercheurs est de lancer la production de celui-ci dès le début de l’année prochaine.

Le laboratoire américain Johnson & Johnson affirme qu’il sera prêt à tester son premier vaccin contre le coronavirus sur l’Homme en septembre prochain. La production elle, pourrait commencer début 2021.

Image 1 : Le premier vaccin contre le coronavirus sera testé sur l'Homme en septembre 2020
Crédit : Angelo Esslinger/Pixabay

Jusqu’à maintenant, les projections semblaient toutes s’accorder sur un délai minimum de 18 mois, nécessaire non seulement à la conception du précieux remède, mais surtout aux phases d’essais cliniques. Cette annonce ambitieuse de Johnson & Johnson semble donc être une bonne nouvelle.

Un vaccin contre le COVID-19 abordable distribué début 2021

Le géant pharmaceutique a commencé à travailler sur le développement d’un vaccin contre le COVID-19 dès le mois de janvier dernier. Après douze semaines de tests sur des animaux, un vaccin candidat a déjà été sélectionné. Celui-ci repose sur la même technologie qui avait été utilisée pour un vaccin contre le virus Ebola.

La société a signé un accord avec l’Autorité pour la recherche avancée et le développement, une division du ministère de la santé américain qui co-finance les recherches de Johnson & Johnson. Dans un communiqué officiel, le PDG de l’entreprise indique que la société prévoit de distribuer un milliard de doses à travers le monde d’ici la fin 2021, et que celles-ci seront disponibles à un prix abordable.

Le vaccin sera d’abord destiné à une utilisation « en cas d’urgence », précise Johnson & Johnson. Les personnes les plus à risques ou les plus exposées au COVID-19 devraient donc être les premières à bénéficier des lots de vaccin disponibles début 2021.

Coronavirus : faut-il infecter 100 jeunes pour valider plus rapidement un vaccin ?

D’autres vaccins et traitements en développement

Johnson & Johnson n’est pas le seul laboratoire lancé dans la course au vaccin contre le coronavirus. Début mars, la start-up américaine Moderna Inc. a débuté la première phase de tests sur l’Homme d’un vaccin, en collaboration avec les instituts de santé américains. Un peu partout dans le monde, environ une trentaine de laboratoires travaillent sur un potentiel vaccin. Bien que toutes ces recherches soient primordiales pour se protéger de l’épidémie dans le futur, elles ne parviendront pas à la stopper à court terme.

En parallèle, plusieurs traitements de la maladie sont donc à l’étude, notamment celui basé sur l’usage de la choloroquine. Des essais cliniques ont été lancés dans plusieurs pays, incluant la France. Ce médicament fait cependant toujours débat. Une récente étude chinoise remet en effet en cause son efficacité. Dimanche dernier, l’ARS de Nouvelle-Aquitaine a également signalé des cas de « toxicité cardiaque » sur des patients ayant pris de la chloroquine pour soigner leur coronavirus.

Source : BRG