Le Royaume-Uni se décide à mettre fin aux agissements de Facebook

Le Royaume-Uni a décidé de passer à la manière forte pour lutter contre les méfaits de Facebook. L’enquête aura été longue de 18 mois, mais les conclusions du comité britannique au « Numérique, à la Culture, aux Médias et aux Sports » sont accablantes pour Mark Zuckerberg et Facebook, pointés du doigt pour leurs mauvaises pratiques en matière d’informations privées.

>> Facebook pourrait payer des milliards de dollars d’amende pour ses failles de sécurité

Selon les politiques britanniques, si Facebook n’arrive pas à changer de « comportement » vis-à-vis de ses utilisateurs et de fonctionnement concernant la diffusion des infox, c’est l’État qui doit prendre le relai et sévir. Selon eux, « la démocratie est en danger ». Facebook n’est pas la seule entité mise en cause, le rapport affirmant que « parmi les innombrables publications inoffensives, on compte aussi des forces malicieuses qui menacent et harcèlent les gens, en publiant du revenge porn ou qui répandent des discours haineux et des propagandes de toutes sortes afin d’influencer les élections et le processus démocratique. Autant de méfaits que Facebook et les autres entreprises de réseaux sociaux sont soit incapables, soit peu disposées à empêcher ».

L’adhésion obligatoire à un code déontologique serait-elle la solution aux problèmes causés par les réseaux sociaux ? Nul ne le sait encore, mais le nouvel organisme de contrôle qu’aimerait créer le Parlement du Royaume-Uni serait responsable de vérifier que les entreprises respectent bien leurs engagements, elle pourrait même demander à accéder aux mécanismes de sécurité et aux algorithmes de la compagnie. Alors qu’à l’heure actuelle, les réseaux sociaux ne peuvent pas réellement être tenus pour responsables du contenu qu’ils hébergent (et qu’ils aident à diffuser), le Parlement britannique aimerait imposer une structure légale plus stricte, afin que les demandes de retrait de contenu illégal ou nuisible aient un caractère exécutoire et juridiquement contraignant pour Facebook. En d’autres termes, les réseaux sociaux devront respecter les règles sous peine de devoir payer des amendes et dévoiler leur code.