Accueil » Actualité » Le téléchargement payant compense les ventes de disques

Le téléchargement payant compense les ventes de disques

Les réseaux de peer to peer sont depuis longtemps la cible de grosses multinationales, qu’elles appartiennent à l’industrie de la musique ou du cinéma, qui sont les deux domaines les plus touchés par ce qu’ils appellent le piratage, qu’elles soient américaines, japonaises, ou même françaises.

Mais bien qu’étant de plus en plus surveillés, bien que faisant l’objet de plus en plus de poursuites judiciaires et de plus en plus de condamnations, rien ne semblait pouvoir empêcher le nombre de téléchargeurs illégaux d’augmenter, et proportionellement, les parts de marché de l’industrie de la musique (par exemple) se réduire.

Ainsi, si aujourd’hui aucune des nombreuses « solutions » qui ont été tentées pour endiguer ce « piratage » ne s’est encore révélée efficace, une seule semble se démarquer quelque-peu du lot et pourrait satisfaire quelques temps les industriels qui comptent de plus en plus leurs sous.

En effet, nous sommes dans un cas en France où pour la première fois, les recettes générées par les plateformes de téléchargement en ligne compensent le manque à gagner créé par la baisse de vente de CD enregistrée ces derniers temps.

Les plateformes de téléchargement légal deviennent de plus en plus populaires en France, et les utilisateurs semblent commencer à préférer cette méthode à celle de la mule pour télécharger leur musique.

Il faut dire que tous les arguments sont là : les acteurs se bousculent au portillon, apportant alors une diversité non négligeable au contenu disponible, le simple fait que cela soit légal dispense de la crainte omniprésente d’être poursuivi, et enfin une garantie au niveau du contenu téléchargé (en comparaison aux nombreux « fakes » que l’on trouve sur eMule).

Une augmentation du nombre de téléchargements légaux qui ne fait pas pour autant sauter de joie Gilles Bressand, président du Syndicat National de l’Édition Phonographique (SNEP).
« Cela ne restaure pas pour autant les marges que l’on perd sur le marché physique », affirme t’il lors d’une conférence de presse.
« Les chiffres sont en partie favorables mais la situation reste compliquée. »

La situation reste compliquée, pourtant, les chiffres semblent promettre un avenir favorable pour encore un moment aux plateformes de téléchargement en ligne.
On se demande donc encore ce qui peut inquiéter Gilles Bressand, alors que pour la première fois depuis que l’indiustrie de la musique se dit déficitaire, un facteur vient compenser ce manque et combler le trou causé par la perte de vitesse des ventes de disques…

Concernant vos droits par rapport au peer to peer, et pour connaitre les limites qui séparent le téléchargement légal de l’illégal, Presence PC vous propose un dossier complet rappellant vos droits et vos devoirs en tant qu’internaute sur les réseaux peer to peer.

Source : Reuters