Accueil » Actualité » À l’heure actuelle, un voyage vers Mars serait méchamment handicapant

À l’heure actuelle, un voyage vers Mars serait méchamment handicapant

Image 1 : À l'heure actuelle, un voyage vers Mars serait méchamment handicapant

Le journal eNeuro nous apprend que sans protection adéquate, et du fait des rayons cosmiques dont ils auront été bombardés au cours de leur voyage vers Mars, les colons de première génération risquent d’être quelque peu diminués, physiquement comme mentalement.

Les rats ont mal vécu leurs six mois d’exposition

Au-delà des technologies, du savoir-faire et des ressources que ne manquera pas d’engloutir le projet de coloniser la planète rouge, il est un facteur que l’on oublie souvent. Cette odyssée est avant tout une aventure humaine, et ce sont bien nos descendants qui un jour, vivront leur vie sur la planète rouge.

L’organisation de la société martienne sera-t-elle différente ? Comment l’organisme des humains de Mars s’adaptera-t-il à une atmosphère artificielle et à une autre pesanteur ? Nous ne le savons pas encore. Une étude publiée par eNeuro nous apprend en tout cas que le voyage de la Terre à Mars aura probablement des conséquences très néfastes pour le corps et le mental des astronautes.

En exposant des rats à de faibles doses de radiations cosmiques pendant 6 mois, les chercheurs en radiothérapie, en neurochirurgie, et en neurobiologie comportementale de l’université de Californie ont découvert que l’état de stress et d’anxiété des rongeurs a été aggravé. Ils affichaient apparemment des « défauts neurocomportementaux et électrophysiologiques frappants ».

Trouble du langage et de la motricité

Même s’il ne s’agit que de rats de laboratoire, les données récoltées jusqu’à présent augurent apparemment très mal de la santé des futurs voyageurs de l’espace. Les scientifiques déclarent : « alors que la NASA prépare une mission vers Mars, des craintes concernant les risques de santé associés à l’exposition aux radiations cosmiques dans l’espace lointain sont apparues. En utilisant un dispositif d’irradiation de neutrons à faible dose, nous avons découvert qu’une exposition réaliste et modérée produit de graves complications neurocognitives liées à une dégradation de la neurotransmission ».

En d’autres termes, et à moins que la NASA ne découvre des solutions adéquates pour lutter contre ce type de radiations dans un vaisseau spatial, les premiers colons de Mars risquent de souffrir dès leur arrivée de divers déficits neurocognitifs : troubles du langage et de l’attention et de la mémoire à court ou long terme.